Réouverture des écoles primaires : ce sont des enfants, pas des clients!

0
1633

Depuis l’annonce officielle d’un retour en classe graduel pour les élèves du primaire au Québec, seule province qui envisage cette réouverture prématurée, des débats font rage sur les réseaux sociaux et des questions restent sans réponses. Pour ou contre ce retour à l’école? Allez-vous oui ou non y envoyer votre enfant? Pourquoi le primaire et pas le secondaire? Pourquoi les élèves HDAA du secondaire sont-ils laissés pour contre?

Sans compter toute la polémique concernant les mesures de protection annoncées. Pourquoi des mesures sanitaires en service de garde, mais pas en éducation? Comment faire respecter le 2 mètres de distance pour 15 élèves par classe alors que les locaux et les corridors de nos écoles ne le permettent pas? Et que dire de nos classes spéciales dont les ratios sont déjà en deçà de 15 élèves et dont la distanciation sociale est juste impossible?

Ce n’est pas le retour en classe qui est questionnable, il faudra effectivement y retourner un jour ou l’autre. C’est la façon dont il se fait et le peu de délai pour s’y préparer. Vos enfants savent-ils à quoi s’attendre? Et vous? Savez-vous vraiment à quoi vous attendre?

En voici un aperçu* :

  • Les élèves et les membres du personnel doivent respecter les consignes sanitaires en contexte de pandémie en tout temps. (Avec quel matériel?)
  • Les salutations impliquant des contacts physiques entre les personnes, comme les poignées de mains et autres, sont à éviter. Privilégiez les pratiques alternatives. (Pas de câlins entre amis)
  • Les récréations et les déplacements doivent s’effectuer en alternance entre les groupes. (Pas de récréations communes, aucun contact entre les classes)
  • Le partage d’objets (crayons, jouets, cahiers, vaisselle, ustensiles, etc.) est à éviter au maximum entre les personnes. (Ce qui inclus tout matériel pédagogique tels que manuels, livres, matériel de manipulation, ballons, jeux de société, etc.?)
  • Les élèves et les membres du personnel doivent limiter le transport d’objets entre l’école et la maison. (Clés USB, ordinateurs portables de l’école?)
  • Les élèves et les membres du personnel doivent apporter leur propre repas du midi. (N’était-ce pas l’une des raisons du retour à l’école d’avoir accès au service alimentaire?)
  • Le nombre d’enfants par groupes, le ratio enfants-enseignants et l’organisation physique des locaux doivent tenir compte de la nécessité de respecter la norme de distanciation physique de 2 mètres en tout temps. (IMPOSSIBLE sans réaménagement)
  • Certaines installations comme les bibliothèques et les laboratoires d’ordinateurs sont fermés. (Ainsi que les cours de gym, d’arts plastiques, de musique, il n’y aura plus de spécialistes)
  • L’accès aux modules de jeux est interdit.
  • L’hygiène des mains est obligatoire à l’entrée à l’école, avant et après chaque récréation, avant et après la consommation de nourriture, après s’être mouché et à la sortie de l’école. (Avec 4 lavabos par étage? Le retour des récrés était déjà l’enfer pour les toilettes, que feront les jeunes en attendant leur tour?)
  • Des mouchoirs sont à la disposition des élèves et du personnel pour respecter les principes d’étiquette respiratoire. Les mouchoirs sont jetés dans une poubelle avec couvercle sans contact immédiatement après avoir été utilisés. (Aurons-nous ce genre de poubelle?)
  • Les locaux sont nettoyés quotidiennement. (Y aura-t-il plus de concierges?)
  • Les salles de bain et les surfaces qui sont touchées régulièrement (poignées de porte, interrupteurs, bureaux de travail, équipements d’ordinateur, micro-ondes, abreuvoirs, robinets, etc.) sont nettoyées avec les produits nettoyants habituels plusieurs fois par jour. (Par qui?)
  • Les objets qui sont partagés par plusieurs élèves sont nettoyés entre chaque utilisation.
  • Le port du couvre-visage n’est pas exigé pour les membres du personnel dans les écoles primaires. Toutefois, pour ceux et celles qui souhaiteraient en porter, consultez le Port du couvre-visage dans les lieux publics pour savoir comment fabriquer et comment utiliser adéquatement un couvre-visage. (L’école ne fournit pas les masques, arrangez-vous!)

* Tiré du document Mesures de sécurité pour les travailleurs et les enfants dans les écoles primaires et les services de garde en contexte de COVID-19

Voilà à quoi ressemblera l’école de demain. Un espace froid, aseptisé sans contact physique ni émotionnel. Pour les parents qui croient que leurs enfants retrouveront leurs amis et leur routine d’avant, il n’en est rien. TOUT sera différent. Ce sera un chambardement pour ces élèves qui n’auront pas nécessairement conscience de ce qui se passe.

Les autres corps de métier, bien qu’ils mettent leur santé à risque, NE travaillent PAS avec des ENFANTS! Sans dénigrer tous ceux qui mènent de front cette bataille depuis le début de la pandémie, ces travailleurs n’ont pas à développer une relation avec leur client, leur patient. Cette relation est essentielle dans les apprentissages des enfants. Dans le lien de confiance qui les unit à leur professeur, leur éducateur, leur intervenant. Et je parle ici de tous les corps d’emploi qui travaillent auprès d’enfants ou d’adolescents. Les écoles, mais aussi les garderies, les centres jeunesse, les maisons d’hébergement, les résidences et centres de réadaptation, dont les employés doivent développer cette relation de confiance pour mener à bien leur travail. Les enfants ne sont pas de simple numéro. Ils ne comprendront pas pourquoi Madame Véronique ne peut pas venir à son bureau pour l’aider, pourquoi Madame Stéphanie ne peut pas la prendre dans ses bras pour la réconforter, pourquoi ils ne peuvent pas jouer au ballon à la récréation ou voir leur ami qui est dans l’autre classe. Nous devons penser à réinventer l’école avant d’y renvoyer les élèves. Au lieu d’improviser, nous aurions mieux fait de prendre ce temps de réflexion, jusqu’à la fin de l’année scolaire, pour que la rentrée en septembre se fasse dans le respect et en douceur.

PARTAGER
Article précédentRetour en classe le 19 mai : trop de questions sans réponses
Article suivantUne conférence de presse au goût amer
Enseignante en adaptation scolaire, spécialisée auprès de la clientèle vivant avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA), je côtoie la différence au quotidien depuis plus de 20 ans. Mère monoparentale de 3 magnifiques enfants, un garçon et deux filles, le hasard (ou le destin) aura voulu que fiston naisse avec un trouble envahissant du développement non-spécifié (ancienne appellation pour le TSA). Un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), beaucoup d'opposition, d'anxiété et d'impulsivité se sont également manifestés chez lui au fil des années. Suite à un parcours et à une scolarisation difficiles, de récentes évaluations ont été poussées plus loin, dont un test génétique, où il apparaît que fiston est porteur du syndrome XXYY, en plus de deux nouveaux diagnostics de SGT et de dysphasie. En mai 2013, j'ai créé la page Facebook Aide à domicile afin de trouver un accompagnateur pour fiston lors de la période estivale. La page changera plus tard de vocation, pour devenir Enfants différents besoins différents qui se veut davantage un réseau de recherche et de partage d’informations pour les parents, intervenants et toutes personnes concernées par la différence de nos enfants. Ce site Web est donc l’aboutissement de ma page et a pour objectif de sensibiliser le plus grand nombre de gens possible face à la différence sous toutes ses formes.