Un arc-en-ciel bleu pour l’autisme

0
95

Collaborateur : Jérémie Hébert

Sans oublier ce cher COVID-19, j’ai envie de vous amener ailleurs, sur un autre sujet. Ne vous en faites pas, nous n’allons pas trop nous éloigner de cet arc-en-ciel, devenu notre meilleur ami. Toutefois, nous allons nous concentrer sur une seule des composantes. À ce moment, plusieurs de mes amis ont compris où je m’en vais. Ne t’inquiète pas si tu n’as pas encore compris, je continue le chemin de ma pensée avec toi. Concentrons-nous sur la composante bleue. Tu te dis peut-être que le bleu est un bon choix de couleur, pas la peine d’en faire un statut Facebook! C’est vrai, mais si je veux te parler du bleu, aujourd’hui, c’est par ce que le 2 avril, c’est la journée «en bleu pour l’autisme». Cette journée nous invite à nous afficher avec une pièce de bleu ou encore complètement en bleu pour soutenir la cause du trouble du spectre de l’autisme, les personnes autistes et leurs proches. Pour les plus technos, une panoplie de filtres pour votre photo de profil sur les réseaux sociaux est disponible pour agrémenter le tout. OK, certes, mais l’autisme c’est quoi? Pour cette partie, je laisse la place à la Fédération québécoise de l’autisme.

« Le trouble du spectre de l’autisme fait partie de l’ensemble des troubles neurodéveloppementaux décrit dans le DSM-V. Il se caractérise par des difficultés importantes dans deux domaines, soit la communication et les interactions sociales et les comportements, activités et intérêts restreints ou répétitifs. Le trouble du spectre de l’autisme est habituellement présent dans la petite enfance, mais peut apparaître de façon plus évidente au moment de l’entrée à l’école. C’est un état qui se manifeste différemment selon les personnes. » – Fédération québécoise de l’autisme, Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)?

Merci, Fédération québécoise de l’autisme, mais assez partagée, je reprends ma plume. L’autisme n’est pas une maladie, l’autisme n’est pas curable. L’autisme est un état d’être chez une personne, qui sera là de la naissance à la mort. Le COVID-19 est une maladie, pas l’autisme. Les seuls remèdes pour l’autisme sont respect et ouverture d’esprit. L’autisme comporte plusieurs niveaux, allant de 1 à 3, décrivant le niveau d’aide requis. L’autisme varie dans le temps, donc le degré d’aide peut lui aussi varier dans le temps. Un enfant peut fonctionner tout au long de son primaire et avoir des difficultés au secondaire. Il n’est pas devenu autiste, mais les exigences ont dépassé sa capacité d’adaptation. Parfois, un enfant autiste demandant plus d’aide demandera moins d’aide, il n’est pas guéri, il a gagné en maturité, fait des apprentissages, il s’est adapté. Certains adultes mèneront une vie comme les autres, d’autres nécessiteront l’aide de leur famille, organismes communautaires, privés ou publics ou parfois d’une famille d’accueil.

En ce mois d’avril, c’est le mois de la sensibilisation de l’autisme, ayons une pensée pour les gens vivant avec l’autisme, que ce soit eux-mêmes ou un membre de leur famille ou une personne aidée et son proche aidant. Les temps qui courent sont difficiles pour tout le monde, mais je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée. Une pensée pour toutes ces familles d’enfants, d’adolescents, d’adultes autistes, qui voient leur école, leur centre d’activités de jour, leur centre répit et de loisirs, leur plateau de travail ou leur travail fermé et leur fréquence et mode de rendez-vous complètement changés par la pandémie. Effectivement, cette situation est demandante pour tous, mais l’autisme est souvent garant d’une moins grande habileté de gestion des imprévues, une rigidité dans la routine, une difficulté de généralisation de leur acquis sans aide adaptée, etc. Alors la nouvelle routine, changeante d’heure en heure, décrétée par les ministères, doit ajouter bien des casse-têtes dans la vie de ces familles. Cette habileté à s’adapter sera grandement influencée par leur capacité à comprendre le monde qui les entoure. Pour ce faire, plusieurs outils ont été mis à disposition par les organismes œuvrant auprès de la clientèle.

2020 et la crise du COVID-19 ont amené un esprit collectif de solidarité, soyons solidaires et ouverts d’esprit malgré la diversité.

Bon mois de sensibilisation à l’autisme,
Bonne quarantaine en prévention du COVID-19,
Santé, bonheur et ouverture d’esprit pour tous,

Jérémie Hébert, Technicien en éducation spécialisée

PARTAGER
Article précédentLa Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme
Article suivantComprendre ta différence
Vous êtes le parent d'un enfant différent? Vous travaillez auprès d'une clientèle à besoins particuliers? Vous vivez vous-même avec une différence? Vous aimez écrire et souhaiteriez partager votre expérience pour sensibiliser les gens? Faites partie de l'équipe des Collabos! Cliquez sur l'onglet À propos pour nous envoyer votre texte.