Je suis moi 2.0

0
66

Il y a bientôt 2 ans, j’ai fait un virage dans ma tête. Au travers toutes les montagnes russes de la vie, j’allais regarder devant, avec le sourire, en assimilant les petites leçons de la vie. Au lieu de m’effondrer ou de m’enrager après la vie, j’allais chercher comment ces épreuves, ces aventures, ces blessures et ces victoires pouvaient me rendre un meilleur humain… Chercher le positif dans les détresses… J’ai retroussé mes manches et j’ai teint mes cheveux (question de me souvenir de sourire et d’être fière de prendre la vie par les couilles parfois).

À croire que la vie ne veut pas que je lui fasse des pieds de nez. Ce 2017 a été ardu… intense… décourageant. Entre les rénovations, les décès soudains, les accidents de Madame météo, il y a des fois où j’ai eu besoin de me ramener à l’ordre, d’autres fois de retrouver temporairement mon cocon, ma forteresse de solitude comme Supergirl et Superman et parfois, juste une bonne bouteille de vin en « one piece » a fait l’affaire. Je l’ai trouvé rough. Si je n’avais pas adopté ce changement, je me serais sans doute effondrée. Je suis là… solide… debout… fière.

Quand on arrête de se mettre le nez dans notre misère, on s’ouvre aux solutions. Je me suis rendue compte que je ne me faisais pas des accroires sur ce que je pense que je fais quand la professeure de maternelle de Tsunami m’a dit qu’elle était débrouillarde et toujours en mode de recherche de solutions. C’est ça que je réussis… Je lui transmets de ne pas s’effouerrer à terre devant l’adversité. Je suis son exemple. Je suis sa prof de l’école de la vie. Je lui apprends que quand t’arrives devant un mur, tu contournes, tu passes au-dessus, tu creuses en-dessous, tu punches dedans jusqu’à ce qui crash ou tu demandes une échelle au voisin. Pas pire pantoute, la mère débrouillarde…

Quand Tornade parle des besoins du monde, des stratégies pour aller sur mars, des inventions pour que demain soit plus beau pour sa génération, je m’aperçois qu’il a compris des bases de la vie. « Sky is the limit » mais pas pour lui… Ses possibilités sont infinies. Ce n’est pas positif dans son cas, c’est de l’optimisme excessif! J’ai réussi. Il n’a pas peur du monde. Il veut en faire partie. Il veut le faire avancer. Il veut qu’il évolue ce monde vers plus d’ouverture, plus d’acceptation et d’amour. Ma tornade qui a peur de son ombre parfois, il a une ombre qui va changer le monde et ça vient de moi… En me faisant confiance et en acceptant de me tromper, je lui enseigne que rien n’est impossible.

Et pourtant, il reste des challenges sur mon chemin. Quand Ouragan me fait remarquer que ce n’est pas juste. Qu’elle n’a pas pareil que sa petite sœur ou que son grand frère, je me rends compte que ma notion de la justice n’a pas déteint sur eux. Avoir ce dont tu as besoin quand tu en as besoin, pas nécessairement en même temps, la même chose que ton voisin. C’est ridicule de donner un antibio à tous tes enfants parce qu’un d’eux est malade alors pourquoi acheter des bobettes aux trois juste parce qu’un en a besoin? J’essaie encore de leur transmettre ce gros bon sens.

Malheureusement, le gros bon sens, beaucoup en sont dépourvus. Il n’y a pas d’âge pour agir en bébé lala. Ouragan, c’est ma petite calculatrice sur deux pattes, future syndicaliste et maîtresse de l’équité entre tous. Ce n’est certainement pas un défaut. Elle n’en veut pas plus, elle veut pareil… ya quand même de bonne raison d’être fière, non ?

J’ai pas un petit mari parfait, j’ai le mari qu’il me faut. Je l’adore. J’adore mes enfants. J’adore ma vie. Je suis qui je suis. Je me suffis. Quand je me regarde dans le miroir, mes yeux ont changés. Je suis sage. Je sème la graine de la joie, du bonheur et du positif. Et si je ressens une baisse de régime, je m’ouvre une bonne bouteille, je m’empiffre de chocolats et j’écoute un peu de débarques d’enfants sur Youtube. Ben quoi, un enfant quand ça tombe, ça se fait pas mal, c’est mou parce que ça n’a pas peur. Hihihi…

Caro 2.0, c’est moi! Un « work in progress« … Mieux qu’hier et moins hot que demain.

PARTAGER
Article précédentSeule…
Article suivantHommage à la persévérance
Maman TDAH de trois tempêtes; Tornade 10 ans (TDAH avec impulsivité et trouble anxieux), Ouragan 8 ans (TDAH) et Tsunami 5 ans (trop jeune pour un diagnostic), je suis la douce moitié de mon petit mari (TDAH). À cela s'ajoute une grande sœur au pays des nuages que nous appelons affectueusement Coccinelle. Éducatrice en pouponnière ainsi qu'anciennement auteure de livre jeunesse, je me considère comme une sage dans l'art de la patience infinie...