Hommage à la persévérance

0
91

Ce témoignage ne vise pas à juger qui que ce soit, car nous avons tous nos défis et personne ne vit ses défis et expériences de vie de façon identique. Ce témoignage est basé sur mes expériences personnelles et sert à rendre hommage à des parents qui m’impressionnent.

Un aspect que j’ai beaucoup observé dans nos cours de karaté depuis 2009 et quelques centaines d’étudiants autistes plus tard, c’est que les personnes autistes évoluent souvent en bondissant tout d’un coup, en nous surprenant beaucoup.

Je parle surtout présentement de ceux qui sont bien à l’aise dans leur bulle, avec un niveau d’autisme de moyen à lourd. En tentant de leur expliquer, nous avons l’impression de parler à un mur et puis soudainement, après des fois quelques semaines d’efforts voire des mois, dans certains cas nous observons une amélioration difficile à croire. Ils comprennent soudainement des choses que nous pensions qu’ils n’avaient jamais assimilées. Mais en réalité, ils enregistraient tout ce que nous disions.

L’exemple de Lucas 5 ans, de sa maman et de son papa, est frappant à cet égard. Nous ne pouvions pas approcher Lucas à moins de 5 pieds lorsqu’il a débuté dans nos cours, sa maman et son papa se tenaient à l’écart à l’arrière de la salle et tentaient avec énormément de persévérance d’inculquer les notions de notre formation à leur enfant qui était dans une bulle très étanche, nous laissant croire qu’il était insensible à tous ces efforts pour lui apprendre les rudiments des arts martiaux.

J’ai vu plusieurs parents abandonner nos cours avec des enfants plus réceptifs que Lucas, mais les parents de Lucas ont décidé de persévérer pour leur plus grand bonheur. Après environ deux années, les habiletés sociales de Lucas se sont développées de façon surprenante et ce week-end, je l’observais faire des combinaisons de karaté qui m’épataient et qui semblent impossibles à croire lorsque l’on a connu Lucas à ses débuts. Ces résultats ne sont l’œuvre que de la persévérance, ce n’est pas un miracle. Si l’on croit et l’on persévère, nous finissons par voir des améliorations, même avec les enfants les plus atteints.

Je tiens à féliciter Sylvia et Daniel qui, grâce à leurs efforts, vont voir que la vie de Lucas sera plus facile en vieillissant.

J’ai vécu la même chose avec Philippe lorsqu’il était petit, il m’a brûlé à un moment donné de ma vie, mais je suis toujours revenu à la tâche avec mon épouse, car lorsque l’on y pense vraiment ,nous n’avons pas vraiment le choix. Les personnes autistes sont comme les autres enfants. Avec les jeux vidéos, ils peuvent s’en nourrir pendant des jours, mais éventuellement, tous ont besoin de développer leurs habiletés sociales dans les sports ou la danse ou toutes autres activités pouvant exercer une pression pour les sensibiliser à la présence des autres êtres humains. Sinon, l’âge adulte sera très difficile pour ces enfants et leurs parents.

Ça me rappelle le plan d’action du sénat sur l’autisme, payer maintenant ou payer plus tard.

PARTAGER
Article précédentJe suis moi 2.0
Article suivantMe battre pour toi
Père d'un garçon autiste, André est le fondateur d’Autisme Karaté et vice-président d’Adama (Association de développement des arts martiaux adaptés). Professeur de karaté ceinture noire 2e dan, il pratique les arts martiaux depuis plus de 25 ans. Avec son épouse Nathalie, André a développé et adapté des cours de karaté pour les enfants et leurs parents, basés sur son expérience personnelle. Il enseigne maintenant les arts martiaux adaptés depuis 2009 et a fait bénéficier cette discipline à plus de 150 étudiants au prise avec l’autisme à différents niveaux.