Non, c’est non!

0
518

Avec le temps, j’ai appris qu’il y avait des choses avec l’autisme qui venaient nécessairement avec du stress. Une fête, un nouvel ami au parc, une sortie, même le magasinage. Le stress fait partie de la vie quotidienne et j’avoue avoir une force en la matière. Et OUI n’importe qui de mon entourage pourrait le dire, je suis maître en la matière et depuis le diagnostic, c’est pire. On a peur de ce qui pourrait se passer. Si jamais on perdait le fil et qu’il explosait? Si ça se passait mal? Que penseraient les gens de mon fils, moi qui l’adore tout simplement? Et j’avoue qu’avec les années, plus la vie m’apporte des choses et plus je comprends que chaque étape sera difficile.

Depuis un bout, même si tu es encore jeune, les demoiselles commencent à t’intéresser. Tu les trouves donc belles! Plusieurs trouvent ça cute, mais moi ça me fait vivre un moment de stress intense. Que ferais-je s’il arrivait l’irréparable? Je veux dire, quand on se tiraille ou qu’on joue et qu’on te demande d’arrêter, tu n’as pas de freins. Comme je dis souvent, tu n’as pas de bouton stop. Toi, tu as du plaisir, alors tu continues ce que tu veux jusqu’à temps que je finisse par me fâcher et là, tu es pris dans ton émotion et ça finit en crise. Donc, qu’arrivera-t-il la journée qu’une demoiselle ne voudra pas aller plus loin? Qu’arrivera-t-il la journée où tu embrasseras une fille et que tes hormones en voudront plus, mais pas elle? Que lui feras-tu? Comment réagiras-tu?

Une partie de moi craint déjà ce moment où tes hormones te joueront des tours. Ce moment où le stop, tu devras le respecter. Accepteras-tu la situation? Beaucoup me disent de ne pas m’inquiéter, que tu es loin de là. Que tu évolueras et que franchement, je cherche des bibittes. Peut-être est-ce le cas. Mais comme l’autisme m’a fait comprendre que je dois prévoir d’avance, j’y pense. Auras-tu vraiment évolué? Le gouvernement  pensera-t-il à cette phase de la vie qui est pourtant normale ou attendra-t-il que l’irréparable arrive?

Alors mon cœur, d’ici là, je vais me renseigner, t’écouter et t’éduquer sur le sujet . Qu’une femme a besoin de tendresse, surtout dans cette sphère de la vie. Que ton besoin est secondaire dans la sexualité. Que non et bien c’est non. Qu’une demoiselle ou un homme, qui tu choisiras, ça se doit d’être respecté(e). Sinon, comme une assiette que tu aurais lancer par terre lors d’une crise, tu briseras cette personne à jamais. Ça, ça me fait peur, terriblement peur. Mais je vais continuer à t’expliquer, même si tu es jeune. Car ça te prend du temps à comprendre et je crois que la sexualité fait partie de la vie, ça fera un jour partie de ta vie. Alors mon amour, n’oublie jamais que ta partenaire, une inconnue que tu trouves belle sera toujours à respecter. Le respect, c’est d’accepter le non, même si c’est difficile. Je vais t’apprendre. Je vais tout essayer, pour toi, pour toutes ces femmes que tu croiseras dans ta vie. Pour le respect des autres et de leur sexualité choisie. N’oublie jamais mon cœur. N’oublie jamais ce respect, s’il-vous-plait.

 

Voici quelques ressources de la Fédération québécoise de l’autisme en lien avec la sexualité des personnes autistes de tous âges :

PARTAGER
Article précédentAutisme, cher Autisme
Article suivantJe ne gagnerai jamais…
Je suis maman d'un merveilleux garçon qui a un TDAH et un TSA sans déficience intellectuelle. J'ai toujours été sensible à la maladie et aux troubles mentaux, je suis d'ailleurs préposée aux bénéficiaires. Mon fils réussit à faire ressortir le meilleur de moi-même. Le but de mes textes est d'évacuer mais surtout de conscientiser le monde à la différence et aux troubles mentaux ainsi qu'à leurs aspects dans la vie de tous les jours. J'espère vous toucher par mes écrits autant que moi je suis touchée en les écrivant.