La résilience et l’amour, de puissants outils

0
161

Ce témoignage est basé sur mon expérience personnelle, nous avons tous une vision et des perceptions différentes sur notre vie et en aucun moment, je me permettrais de porter un jugement sur votre expérience.

Les parents d’enfants différents ont une communication avec leurs enfants que personne ne peut comprendre…

Lorsque mon fils avait 5-6 ans, il était un enfant typiquement autiste comme démontré par l’expertise médicale dirigée par le médecin et pédopsychiatre Sylvain Palardy et son équipe de l’hôpital Ste-Justine. C’est pourquoi nous avons pu être invités en 2011, au Centre national de recherches sur la santé à Washington pour une étude sur les personnes autistes qui se sont grandement améliorées au niveau de leurs symptômes.Je tiens à spécifier ces détails car aujourd’hui, lorsque vous rencontrez mon fils Philippe, cela paraît impossible à croire et je vous comprends. J’ai le plus grand respect pour toutes personnes souffrant d’autisme ou tout autre type de différence. C’est pourquoi, j’ai décidé de m’impliquer comme je le fais aujourd’hui et surtout, je ne juge personne, j’ai assez de travail à faire sur moi-même avant d’en faire sur les autres.  Ce que je désire partager avec vous, c’est que tout est possible. Il y a beaucoup de gens qui ne croyaient pas aux progrès de Philippe, dont sa directrice d’école qui désirait le laisser dans un groupe d’enfants lourdement handicapés et même moi, j’y croyais peu au début. Mon épouse était sa plus grande supportrice à cette époque.

À l’âge de 5 -6 ans, Philippe demeurait dans sa bulle devant son ordinateur ou son activité, sans déroger son regard, même si on lui adressait la parole. Comme j’étais sensibilisé à la plasticité du cerveau, ayant lu des livres et regardé des documentaires sur le sujet, j’y croyais et je disais souvent à Philippe « Je t’aime Philippe », sans attendre de réaction de sa part.

Je croyais qu’avec le temps, j’obtiendrais des réponses. Je dois aussi avouer qu’après avoir touché les plus bas-fonds, je me suis grandement intéressé à l’étude de la physique quantique, ce qui fait qu’aujourd’hui, je suis convaincu qu’il y a un lien énergétique entres tous les humains. Un bon documentaire à cet effet demeure What the bleep do we know si vous êtes intéressés à en savoir davantage.

Même si Philippe ne portait aucune attention à mes paroles, je savais à l’intérieur de moi qu’il m’entendait et que ces paroles feraient leur chemin éventuellement, enfin j’y croyais fermement. J’ai utilisé la même méthode avec mon épouse alors que notre relation battait de l’aile, dû aux innombrables expériences auxquelles je l’ai amenée à participer, en région éloignée, à cause de mon travail de policier et qui nous avaient légué à tous les deux des problèmes d’anxiété aiguë. Disons que les conflits étaient fréquents à la maison à cette époque.

Pour avoir des résultats, il faut cependant être authentique, il faut que ces paroles que nous disons proviennent de notre cœur et spécialement si vous les adressez à une personne autiste pour qui l’authenticité est une valeur établie dans ses gènes. Vous ne pouvez tromper les personnes autistes qui n’ont pas d’égo comme nous, personnes neurotypiques. Il faut mettre de côté votre côté rationnel qui est souvent influencé par votre égo et laisser votre amour inconditionnel et vos émotions communiquer avec la personne qui vous tient à cœur si vous voulez que vos paroles fassent leur chemin. C’est la façon de communiquer avec les personnes autistes et avec tous et chacun selon moi.

Comme je l’ai souvent mentionné, avant d’enseigner, il faut être capable de communiquer.

Ce qui ne vous tue pas vous fait grandir

Ce qui m’amène à vous parler de la résilience qui est la capacité de triompher avec Amour face à un traumatisme ou à un problème important et le lâcher prise, car oui, il faut savoir lâcher prise et respecter la vitesse de compréhension de notre enfant différent, accepter toutes nos défaites et persévérer constamment avec un but en tête « Réussir ». Tous ceux qui réussissent dans un domaine ont vécus des échecs.

Tous les enfants peuvent s’améliorer, à des degrés différents j’en conviens, mais de tous les étudiants que nous avons eu, tous finissent par s’améliorer, j’ai beaucoup de témoignages de parents qui le confirment.

Si j’en suis venu à être convaincu des bienfaits de la résilience, c’est dû à mes nombreuses expériences dont l’une dans laquelle j’aurais dû mourir et qui m’a laissé un stress post-traumatique pendant plusieurs années. C’est souvent dans nos expériences les plus pénibles que nous grandissons le plus.

Les arts martiaux et ma carrière à la GRC ont forgé mon caractère et même si j’ai eu de nombreuses défaites, beaucoup plus que vous ne pourriez imaginer, je me suis toujours relevé et c’est pour cette raison aujourd’hui, que j’ai atteint des objectifs qui, pour être honnête, me paraissaient complètement impossibles voilà une quinzaine d’années. Les arts martiaux y sont pour beaucoup dans cette force de caractère que j’ai développé.

Pour vous donner une petite idée, je souffrais tellement d’anxiété à une certaine époque, que je tremblais et j’avais des palpitations cardiaques juste à parler devant une dizaine de personnes. À cette époque, j’étais très frustré de l’autisme de Philippe et rien ne fonctionnait pour moi, je vivais beaucoup d’échecs.

C’est pourquoi, je crois fermement qu’importe votre niveau de difficulté, votre possibilité de réussite y est proportionnelle grâce à la résilience que vous pouvez développer. D’ailleurs, comme je me disais à ce moment-là, ai-je vraiment le choix de persévérer? Je crois que non, car si nous abandonnons, il n’y a plus aucun espoir et l’espoir d’une vie meilleure est ce qui nous tient en vie.

Et puis la vie m’avait démontré à travers mes nombreuses expériences personnelles et professionnelles que quelque soit votre défi, ça peut toujours être pire. J’ai d’ailleurs eu un papa dans mes cours qui avait trois enfants autistes et qui avait développé un cancer à un moment donné. Est-ce que cela peut devenir pire comme situation? Et bien oui, malheureusement, il n’y a pas de limite au négatif ni au positif que vous pouvez vivre.

Dans toute épreuve, vous accumulez beaucoup d’expériences et si vous pouvez faire preuve de résilience et vous servir de celles-ci pour vous propulser vers la réussite, c’est possible. Tout réside dans votre capacité à gérer vos milliers de pensées par jour et vos émotions et que par la suite, même si vous trébuchez, vous vous relevez rapidement en gérant de façon constructive vos réactions avec résilience : Ce qui ne vous tue pas vous fait grandir.

Les arts martiaux, le yoga la méditation ne sont que quelques outils parmi beaucoup d’autres pouvant être utilisés pour vous aider à gérer vos émotions face à l’adversité. J’utilise personnellement la méditation, les arts martiaux et l’entrainement au gymnase.

Alors que je faisais face à un divorce inévitable dû à de nombreuses maladresses de ma part durant plusieurs années, j’ai réalisé l’impact que j’avais sur ma vie en général et je me suis dit que oui, j’avais vécu beaucoup d’expériences difficiles, mais que je devais prendre la responsabilité de mes échecs et que je ne pouvais rien faire pour changer les autres, spécialement mon épouse qui partage ma vie depuis plus de trente ans. C’est incroyable comment mon attitude et ma vie ont changé depuis que j’ai pris le temps de bien réfléchir sur ma façon de réagir aux évènements et à mes responsabilités.

Je racontais à une amie récemment que lorsque j’ai vraiment décidé d’être authentique comme les personnes autistes et, du même coup, que j’ai réalisé tous les progrès que Philippe avait faits, j’ai pleuré de joie pendant environ trois mois, spécialement lorsque je conduisais mon auto. Ce sentiment, pour ceux qui l’ont vécu, est incroyable, il n’y a rien d’autre de plus puissant comme sentiment que j’ai ressenti depuis ma naissance.

Aujourd’hui, pour revenir à ma citation « Les parents d’enfants différents ont une communication avec leurs enfants que personne ne peut comprendre », je suis en symbiose avec mon fils Philippe, quoiqu’il dise ou fasse, il ne me dérange jamais, j’ai une excellente relation avec mes autres enfants et mon épouse, mais avec un enfant différent, qui vous a fait passer par toute la gamme des émotions, ça demeure toujours particulier. Nos enfants différents nous forcent à devenir de meilleures personnes. Ils sont un cadeau en fin de compte, très difficile à comprendre quand ils sont jeunes j’en conviens, mais vous verrez, un jour, ils deviennent un véritable cadeau du Ciel.

PARTAGER
Article précédentL’autisme vu par tous
Article suivantAutisme
Père d'un garçon autiste, André est le fondateur d’Autisme Karaté et vice-président d’Adama (Association de développement des arts martiaux adaptés). Professeur de karaté ceinture noire 2e dan, il pratique les arts martiaux depuis plus de 25 ans. Avec son épouse Nathalie, André a développé et adapté des cours de karaté pour les enfants et leurs parents, basés sur son expérience personnelle. Il enseigne maintenant les arts martiaux adaptés depuis 2009 et a fait bénéficier cette discipline à plus de 150 étudiants au prise avec l’autisme à différents niveaux.