L’autisme vu par tous

0
152

L’autisme vu par moi

Je me trouve très chialeuse parfois, je trouve que je n’en fais pas assez. Que j’ai souvent honte d’être fatiguée de mon propre enfant. Parfois, je m’en veux d’avoir essayé aussi longtemps de le punir au lieu de l’aider. Je déteste que les gens le jugent sans le connaître. J’avoue que parfois, j’ai honte et je repense à tout ce que j’ai fait quand j’étais enceinte et je me demande si ce n’est pas de ma faute.

L’autisme vu par la société

Ce sont des enfants rois dont les parents sont paresseux. Les enfants trop jeunes qui sont toujours sur les écrans et surtout les vaccins qui auraient pu ne pas aider à l’explosion des diagnostics. Souvent, ils jugeront sans même connaître.

L’autisme vu par les aînés

Dans leur temps, il n’y en avait pas de diagnostics, un peu comme la société, ils jugeront sans connaître. « Donne-moi le une semaine, m’a te le mettre au pas moi. » Ils croient en l’éducation par la peur et souvent, trouvent que nos enfants sont trop dans la « ouate ».

L’autisme vu par la famille

Parfois compris et parfois non. Le ménage se fera tout seul. Soit vous acceptez, soit vous dégagez. Voilà!

L’autisme vu par mes amis

Je me confie souvent à eux, ils me voient comme une super maman qui n’arrête jamais. Souvent, ils me diront que je suis courageuse, alors que ce ne sera jamais une histoire de courage. Ils diront comprendre quand on ne pourra pas se voir, mais comme pour la famille, certains resteront et d’autres partiront.

L’autisme vu par mon fils

Selon lui, ce n’est pas si grave car selon ces dires, il a une bonne maman, il parle et il va mieux à l’école.

La vérité sur l’autisme

L’autisme peut être difficile pour les gens qui en sont atteints et aussi pour leur entourage. L’autisme peut venir avec plusieurs comorbidités, dont la déficience intellectuelle, l’anxiété ou autres troubles. L’autisme n’a pour l’instant aucun test qui prouve que c’est exactement ça. Plusieurs rendez-vous avec divers spécialistes permettent cependant de poser le diagnostic. Le plus dur pour les parents est sans aucun doute, le jugement. Car aucun parent ne voudrait que son enfant soit jugé.

L’autisme peut être effrayant au début, mais avec les bons conseils et le bon soutien ça peut venir avec autant de hauts que de bas et même plus.

Si tous les parents sentaient qu’ils n’ont pas toujours à expliquer le comportement de leur enfant, ça enlèverait un gros poids.

Bref, l’autisme est comme beaucoup de choses dans nos vies. Ça peut être difficile et merveilleux à la fois. Ça peut nous décourager, mais autant nous surprendre. Ça peut être différent, être vrai, être pur, tout comme l’amour que les proches des personnes autistes ont pour eux. L’autisme, on ne peut pas encore l’expliquer à 100%,  donc c’est bien d’en parler, de l’accepter et surtout de ne jamais juger. Car on fait de notre mieux comme beaucoup de gens sur cette planète.

Et vous, comment voyez-vous l’autisme?

PARTAGER
Article précédent10 000 fois MERCI!
Article suivantLa résilience et l’amour, de puissants outils
Je suis maman d'un merveilleux garçon qui a un TDAH et un TSA sans déficience intellectuelle. J'ai toujours été sensible à la maladie et aux troubles mentaux, je suis d'ailleurs préposée aux bénéficiaires. Mon fils réussit à faire ressortir le meilleur de moi-même. Le but de mes textes est d'évacuer mais surtout de conscientiser le monde à la différence et aux troubles mentaux ainsi qu'à leurs aspects dans la vie de tous les jours. J'espère vous toucher par mes écrits autant que moi je suis touchée en les écrivant.