Hommage à toutes les mères extraordinaires

0
968

*** Spécial Fête des Mères ***

À toi, la maman d’un enfant différent,  je veux te dire que tu n’es pas seule.

Que lorsque tu pleures, je comprends ta douleur.

Que la détresse qui t’envahit certains jours, je l’ai déjà vécue et je la vivrai encore.

Que le deuil de l’enfant « comme les autres », je le vis avec toi tous les jours.

Que je me suis questionnée autant que toi sur ce que j’avais pu faire ou omis de faire pour que mon enfant soit différent. Rassure-toi, ce n’est pas de ta faute.

Que le regard des autres, porteur de jugements posé sur toi et ton enfant, je le vis aussi, mais qu’avec le temps, on apprend à l’ignorer.

Que l’épuisement que tu ressens fait maintenant partie de mon quotidien, mais qu’il finit par se stabiliser.

Que les phrases toutes faites de ton entourage qui se ferment les yeux m’ont enragée et que moi aussi, j’ai passé des heures à tenter de leur expliquer en vain. J’ai fini par lâcher prise et gardé cette énergie pour mon enfant.

Que j’en ai passé des nuits blanches moi aussi à me demander comment je passerais au travers cette tempête.

Que j’ai dû me battre contre le système scolaire pour qu’on reconnaisse les difficultés de mon enfant et qu’on lui accorde des adaptations.

Que j’ai dû, moi aussi, monter aux barricades car on intimidait mon enfant sous prétexte « qu’il le faisait exprès ».

Que j’ai frappé plusieurs fois aux portes pour avoir de l’aide. Parfois, elles se sont à demi ouvertes et parfois même refermées. Je comprends que tu sois exaspérée du système, nous le sommes toutes!!

Que j’ai pleuré avec mon enfant lorsqu’il me suppliait de l’aider à être comme les autres enfants.

Que je me suis isolée à force de me sentir incomprise et pour éviter la honte que me faisait vivre mon enfant en public. J’ai fini par réaliser que je le stigmatisais et je me suis dis que c’était aux autres de s’adapter à lui, pas seulement le contraire.

Que je reconnais le sentiment d’impuissance lorsqu’il t’insulte, te frappe, te crache dessus parce qu’il est en colère.

Que moi aussi, j’ai le cœur brisé parce qu’aucun ami ne l’invite à jouer alors que sa sœur reçoit des téléphones régulièrement. Qu’à son anniversaire, les désistements sont plus nombreux que les enfants qui y assistent.

Que tu as dû te faire remplacer trop souvent au travail, que tu as dû vivre avec une paie plus petite et des dépenses toujours plus grandes.

Que tu as peut-être dû changer ton plan de carrière, abandonner ton travail ou que tu l’as perdu, n’arrivant plus à concilier travail et gestion d’un enfant différent.

Que tu as trop longtemps brûlé la chandelle par les deux bouts pour en finir avec une prescription et un diagnostic d’épuisement.

Je sais aussi :

Que toi aussi, tu célèbres chacune de ses petites victoires avec une fierté débordante.

Que toi aussi, tu ouvres l’agenda avec peur et que tu te mets à sourire à chaque fois qu’il y a du positif.

Que tu t’émerveilles devant cet enfant lorsqu’il est dans sa zone de confort et qu’il déploie ses atouts incroyables.

Que tu ris de bon cœur lorsque tu réalises qu’il a hérité de ton sens de l’humour et de tes jeux de mots et que l’élève dépasse le maître.

Que ton amour pour lui est si grand que malgré la fatigue, le découragement, tu te relèves à chaque défi de la vie pour lui tenir la main.

Que lorsqu’il te donne un câlin et qu’il te serre très fort, tu as les larmes aux yeux car tu ressens la pureté de son amour pour toi.

Que lorsqu’il reconnaît tout ce que tu fais pour lui et le nomme, tu sais qu’abandonner n’était pas une option.

Que lorsqu’il dort, il t’arrive de le regarder et d’apprécier le calme qu’il dégage.

Que tu te surprends à le remercier d’être différent, car il t’oblige chaque jour à te surpasser et que grâce à lui, tu te sens une meilleure personne.

Aujourd’hui, maman d’un enfant différent, je veux te dire que tu n’es pas seule! Je t’admire et je t’aime car tu as su apprécier et apprivoiser ce cadeaux précieux que la vie t’a apporté.

Et que malgré les épreuves au quotidien, ton cœur s’émerveille encore devant cet enfant, comme à la première rencontre où il a fait de toi une maman.

Isabel Touzin

PARTAGER
Article précédentHommage à Amélie, une mère extraordinaire
Article suivantParole de Tourette!
Je suis une maman de quatre enfants qui me rendent fière! Je suis éducatrice spécialisée et j'aime vraiment travailler avec les enfants à défis particuliers! Au quotidien, j'accompagne mon fils de 11 ans à travers sa traversée cahoteuse que lui fait subir son Syndrome de Gilles de la Tourette. Je suis une rêveuse et mon plus grand rêve est que l'école devienne un lieu où chacun peut s'épanouir selon ses capacités, ses forces et ses intérêts. L'humour est selon moi la plus belle des thérapies! Une journée sans rire est une journée perdue! Je termine sur un extrait d'un texte de Chaplin que j'aime particulièrement : "Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Authenticité."