Ces pères qui s’en vont…

0
729

De toutes les choses qu’on entend sur les familles différentes, celle qui me révolte le plus et sans doute parce que ça entre en résonance avec ma propre histoire, c’est le nombre de pères qui s’en vont à cause de la différence de leur enfant.

À ces mecs-là, j’ai envie de leur dire ce que j’ai sur le cœur pour qu’ils comprennent bien pourquoi ils sont partis…

Toi, le père de cet enfant, déçu par comment les choses ont tourné, blessé par la vie et qui as préféré partir, je vais te le dire : t’as de la chance. Vraiment, t’es le mec le plus chanceux de la terre et tu ne t’en rends même pas compte.

Tu sais pourquoi tu as pu partir?

Parce qu’elle est restée, elle, la mère qui a dû pallier à tes absences et ne jamais faire ressentir à son enfant que c’était à cause de lui.

Tu sais pourquoi tu as pu refaire ta vie?

Parce qu’elle a donné la sienne pour que ton enfant soit bien et ne manque de rien, si ce n’est de toi.

Tu sais pourquoi ton enfant est aussi bien sans toi?

Parce qu’elle a fait ton travail en plus du sien et que jamais tu ne sauras la force et le courage que ça demande, toi qui n’as aucun courage et aucune force sauf de fuir…

Tu crois que personne ne sait ce que tu vis?

On a tous envie de fuir, mais l’amour nous donne le courage de rester et de nous battre.

Tu veux savoir pourquoi tu es parti? Parce que tu es un lâche et tu n’as pas compris que la plus grande réussite dans la vie, c’est de se dépasser par amour.

Tu veux savoir pourquoi tu es heureux dans ta nouvelle vie? Toi qui ne regrettes rien et qui as choisi ton bonheur au-delà des tiens?

Parce que d’autres que toi vont en thérapie, aux bilans psys, aux réunions d’école et pleurent la nuit. D’autres assument pour toi ce qui pourrait t’empêcher de vivre pleinement ta vie de petit bourgeois dans le déni, de lâche qui se trouve des excuses comme « je n’allais quand même pas sacrifier ma vie ».

Et dans tout ça, ce qui me rassure, ce qui me console, c’est que tu ne connaîtras jamais l’amour vrai ni la joie de vivre avec ton enfant, ses progrès et ses victoires. Tu n’en as plus le droit, tu ne peux te réjouir de ce que d’autres ont créé… Tu es seul avec toi-même, comme un égoïste récolte ce qu’il sème.

PARTAGER
Article précédentEn cette semaine de la Saint-Valentin
Article suivantLes journées de sensibilisation au syndrome XXYY
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.