Il y a des mères …

0
572

Il y a des mères qui se réveillent la nuit parce qu’elles trouvent ça émouvant de regarder leur progéniture dormir.

Et il y a moi, qui ai refoulé tant de pipis nocturnes de peur de piler sur la latte qui grince au milieu du corridor et risquer de réveiller mon aîné qui venait de se rendormir pour la 5e fois en deux heures.

Il y a des mères qui font des casse-têtes de 30 morceaux avec leur toddler, après le dîner.

Et il y a moi, qui me tapais des 1000 morceaux en pleine nuit, avec mon coco de 3 ans, parce qu’il avait trop d’énergie pour dormir.

Il y a des mères qui sont fières de dire que leurs enfants « ont fait dans le p’tit pot pour la première fois » à 1 an.

Et il y a moi, qui prie le ciel que mon fils de 7 ans apprenne enfin à s’essuyer seul.

Il y a des mères qui se plaignent de faire tout le temps le taxi et comment leur maison est toujours (trop) pleine de petits amis.

Et il y a moi, qui saute au plafond et danse la macarena si j’arrive à attirer à la maison UN copain de classe de mon fils dans tout l’été.

Il y a des mères parfaites qui arrivent à contrôler tout, tout le temps y compris la moindre saute d’humeur de leurs enfants.

Et il y a moi, qui dois refouler ma honte quand je calme mon fils qui me roue de coups et me crie des insultes dans le stationnement du Jean-Coutu.

Il y a des mères avec une libido dans le plafond qui arrivent à vivre une vie sexuelle épanouie tout en ayant des enfants.

Et il y a moi, qui suis infiniment reconnaissante si j’arrive à me rendre aux préliminaires sans me faire interrompre.

Il y a des mères qui disent que la période de la naissance à la maternelle, c’est la meilleure partie de la vie de parents.

Et il y a moi, qui regarde cette même période et qui se sens coupable d’éprouver un soulagement infini à l’idée qu’elle soit finie.

Parce que oui…

Il y a des mères qui connectent super bien avec leurs bébés et qui comprennent tous leurs besoins comme des championnes.

Mais il y a aussi moi, qui ai été dans le noir total pendant 5 ans, à débroussailler mon chemin et à tenter de comprendre tant bien que mal mon fils malgré son impulsivité et son anxiété.

Il y a des mères qui prennent des vacances en famille l’été ou qui se permettent un spa entre amies une fois ou deux par année.

Et il y a moi qui, jusqu’à récemment, épuisais sa banque de vacances ET de maladies en rendez-vous divers avant la fin du printemps. Et qui, avec tous les autres imprévus, devais user d’imagination pour les huit mois à venir.

Malgré tout…

Il y a des mères qui graduent leur amour en fonction des notes ou des performances sportives de leurs progénitures.

Mais il y a aussi moi, qui ai compris que de mémoriser par cœur les moindres personnages et statistiques des Skylanders ou des Pokémons, était un exploit remarquable.

Il y a des mères qui ont besoin d’acheter le dernier gadget à la mode pour se sentir importante et ainsi compenser le peu de temps de qualité qu’elles ont avec leurs enfants.

Mais il y a aussi moi, à qui mon fils a appris à ralentir le temps. À voir la beauté en chaque petite chose. À apprécier chaque sourire, chaque caresse, chaque bisou comme si c’était le premier et le dernier.

Il y a des mères comme moi, qui se lèvent chaque jour en souhaitant faire de leur mieux pour la journée à venir. Et qui se couchent la tête remplie de doutes mais aussi pleine d’espoir que demain sera mieux. Des mères terrifiées, découragées, isolées. Des mères qui s’oublient, se négligent, se décarcassent. Des mères qui apprennent, changent, se dépassent et évoluent. Des mères qui aiment sans condition et à l’infini, pour toujours et à jamais.

PARTAGER
Article précédentUn séjour inoubliable – Projet pilote du Camp Familial TSA
Article suivantL’autisme ne prend pas de vacances…
Sandra Chartier est un diamant brut aux mille facettes. Femme Phénix, maman équilibriste et amoureuse caméléon, le diagnostic TSA de son fils aîné a changé son regard sur le monde et l'a amenée à parcourir les chemins les moins fréquentés. Déménagement à l’autre bout de la province, changement d’emploi et nouvelle dynamique familiale, aucun obstacle n'est insurmontable quand on aspire au bonheur. Par le biais de l’écriture, elle s’est donné comme mission cette année de rejoindre, de sensibiliser et d’informer un maximum de gens sur son quotidien haut en couleur. Après une fructueuse collaboration avec le défunt A&ME webzine, elle est prête à affronter de nouveau défis avec notre équipe!