Mon petit soldat – Hommage à nos soldats du feu

0
100

On nous avait dressé de toi, il y a quelques années de ça, un portrait peu élogieux. On nous avait dit que nous devions faire le deuil de l’enfant ordinaire.

Que tes apprentissages seraient très difficiles, que tu ne serais jamais capable de faire bien des choses.

Je regarde en arrière, tu es si petit, tu es magnifique, comment peut-on dire ça à des parents, comment peut-on prédire un avenir si noir?

Mon petit soldat, tu as grandi et tu en a fait du chemin. Ô oui c’est certain, nous en avons passé du temps dans ces couloirs blancs et ces salles aux attentes interminables.

Mais le jeu en vaut la chandelle.

Dur, compliqué, mais pas impossible. Mon petit soldat, on nous avait dit que tu ne parlerais peut-être jamais et regarde-toi!!! Oui, tu as souffert de rééducation de ta mâchoire et tout ce qui va avec, mais regarde-toi mon petit soldat! Aujourd’hui, tu parles, tu rigoles, tu chantes!

On nous avait averti que certaines choses seraient très longues à acquérir, telles que la propreté, l’habillage, etc., mais mon petit soldat, tu n’as pas encore 5 ans et ça y est, tu es propre. Quelle fierté pour nous tous, même si le plus fier, c’est bien toi, car tu l’as dit, tu es un grand et tu peux porter des « culottes ». Ce que tu nous fais rire, mon petit soldat.

On nous avait dit que ta scolarité serait très complexe. Bon là, joker, on ne nous avait pas trop menti, c’est super compliqué, mais là, ce n’est pas ton problème, mais le nôtre. Quoi que… Aujourd’hui, tu es à l’école, comme tous et tu y arrives, tu t’en sors, tu as même rattrapé tout ton retard.

Alors oui, on a fait un choix drastique mon petit soldat, mais tu le sais, tant que je serai vivante, je me battrai toujours de toutes mes forces. Après tout, ce n’est pas toi qui a un « problème », c’est la société qui est trop fermée et individualiste. Nous devons tous être dans le même moule, mais t’inquiète mon petit soldat, on est beaucoup de parents à se battre pour faire changer cela.

Alors oui, je l’avoue, tout n’est pas au top. Mais tu progresses d’une manière époustouflante. En trois ans, mon petit soldat, tu n’es plus du tout le même.

Le pire qu’on nous ait dit, mon petit soldat, c’est que ton avenir serait incertain, que tu n’aurais absolument aucun but dans la vie.

Mais mon dieu, j’espère que cet écrit retentira à leurs oreilles. Mon petit soldat, ton avenir est incertain, mais c’est la dure réalité pour tous, c’est la vie ça.

Mon petit soldat, tu as un rêve! UN RÊVE! « Quand je serai grand, je serai pompier BEDU. » Tu le répètes sans cesses. Tu nous l’as bien dit : « JE SERAI LE PREMIER POMPIER AUTISTE. »

Tu sais quoi, mon petit soldat, quand tu seras plus grand, si ton idée ne change pas, alors on fera tout pour se battre pour toi. Et je pense, mon petit soldat, que les grands soldats seront à tes côtés.

Tu n’as que 5 ans et tu ne le comprends pas forcément, mais mon petit soldat, si tu savais tout le soutien que tu as. Beaucoup de pompiers ont répondu positivement à ton rêve d’enfant, beaucoup de pompiers t’ouvrent les portes de leur caserne et dans toute la France en plus.

Tes couleurs sont le rouge, le orange et le jaune. Mais quand on te demande pourquoi, tu le dis très simplement, le rouge c’est le camion et le jaune et l’orange ce sont le feu. Tu veux sauver des gens et des animaux : « J’irai sauver la tortue qui est montée en haut d’un arbre ».

Ce qui est rigolo, c’est aussi que tu aimerais, dans ce rêve, que Clémence soit infirmière pour que tu lui amènes les personnes qui ont mal et qu’Elena soit policière pour arrêter les méchants…. (Je pense que mon petit soldat voue un culte à l’uniforme).

Alors à travers ces quelques lignes, j’aimerais insuffler de l’espoir aux familles qui viennent de traverser l’épreuve du pré-diagnostic, celle où on nous dit : « On pense à de l’autisme. » Et à la question « C’est quoi l’autisme? », on vous répond du noir.

La couleur officielle de l’autisme, c’est le bleu, comme la couleur de l’espérance et non pas le noir et vous le découvrirez au fur et à mesure, l’autisme c’est très coloré, très nuancé. « La différence est belle et je l’aime. » (Tatiana B.)

À travers ces quelques lignes, j’aimerais aussi vous remercier, vous, les soldats du feu. Vous faites un beau métier et votre cœur est vraiment énorme. Je ne savais vraiment pas comment vous remercier assez fort pour cet élan de générosité dont vous faites preuve. C’est pourquoi cet article vous est dédié.

Ophélie Bedu alias La mère bleue

PARTAGER
Article précédentL’activité que ton enfant ne fera pas
Article suivantQui répondra?
Ophélie, alias la mère bleue, maman de 3 enfants différents. Ici, on jongle avec l'autisme, le haut potentiel intellectuel et le trouble de l'attention. Chez nous, pas de place à l'ennui. Une vie riche, mouvementée et j'adore. Je suis aussi présidente-fondatrice de l'association "Les yeux bleus". J'aime bouger, faire bouger. Ma passion? L'écriture et la différence est le plus beau des sujets.