Mon gamin extraordinaire a soufflé sa cinquième bougie

0
90

Ce matin, je l’ai regardé se lever, émerger et venir dans notre chambre tout en se frottant les yeux. « Joyeux anniversaire Dadou! » Ce jour là est un jour difficile, car on ne veut pas voir nos enfants grandir… Pourtant…

Alors comme à chacun de leurs anniversaires, je me lève le cœur lourd. Ils grandissent, c’est ainsi, c’est inévitable. Je le regarde, silencieuse, les yeux qui menacent de pleurer et je vois un petit garçon de 5 ans avec une belle moustache de chocolat.

On se lève, nous prenons notre petit déjeuner tous ensemble, ce qui dans les faits est plutôt rare, puis nous offrons à notre fils ses cadeaux. Jackpot, on a tapé dans le mille, mon gamin est le petit pompier le plus heureux du monde.

Nous nous préparons, nous emmenons notre grande à l’école puis direction l’école de mon gamin pour l’ESS… Oui, oui, une réunion de suivi de scolarisation pile ce jour-là. Qu’à cela ne tienne, nous nous y rendons de bonne humeur et… En retard… Cet anniversaire me perturbe… Je me suis trompée de trente minutes sur l’heure de rendez-vous… OUPS!

Nous arrivons donc très en retard. Après les salutations de rigueur (mes plus plates excuses), les effusions de mon gamin et l’équipe qui lui souhaite un bon anniversaire, la réunion commence. Elle se passe bien. Nous rentrons chez nous à peine une heure plus tard. Durant le trajet, je repense à ce qu’on nous a dit, je regarde derrière moi. Qu’est-ce qu’il en a fait comme chemin mon petit gamin… Quelle fierté! Mais, il y a un mais…

C’est son anniversaire, nous sommes mercredi. Et comme chaque année, il sera seul. Il ne s’en plaint pas, loin de là… Mais mon cœur de maman est piétiné. Pas de copains. Rien.

Pourquoi cette différence fait-elle si peur? Il n’est pourtant pas pire qu’un autre enfant, mon gamin. Oui, il peut crier plus fort, oui, parfois ses comportements ne sont pas adaptés, non il ne regarde pas dans les yeux… Mais honnêtement, il va bien, mon gamin… Je ne comprends pas les mentalités. J’ai beau me creuser la tête, je ne vois qu’une seule chose à faire : mettre un coup de pied dans la fourmilière et me battre pour faire évoluer les mentalités.

Alors mon gamin fêtera son anniversaire à l’école oui, mais je me fais la promesse que bientôt il pourra avoir un party avec ses copains, tout comme ses sœurs.

En attendant, pour clôturer cette journée de fête, nous sommes allés dîner dans son restaurant préféré et nous avons soufflé ses bougies là-bas…

PARTAGER
Article précédentUn mot pour une nouvelle vie
Article suivantLa différence, c’est la vie!
Ophélie, alias la mère bleue, maman de 3 enfants différents. Ici, on jongle avec l'autisme, le haut potentiel intellectuel et le trouble de l'attention. Chez nous, pas de place à l'ennui. Une vie riche, mouvementée et j'adore. Je suis aussi présidente-fondatrice de l'association "Les yeux bleus". J'aime bouger, faire bouger. Ma passion? L'écriture et la différence est le plus beau des sujets.