Nous sommes tous frères

0
107

Je constate depuis un certain temps qu’il y a beaucoup de messages qui sont véhiculés sur les réseaux sociaux au sujet des réfugiés.  Je vais donc me permettre, à mon tour, de donner mon opinion sur ce sujet dit « délicat ».

Comme vous savez tous, je suis mère de quatre beaux amours qui vivent tous avec un diagnostic de TDA/H et nous avons en prime de la dyslexie/dysorthographie pour ma plus vieille et TSA pour mon plus jeune.  Jusque-là, pas de surprise.  À chaque jour qui passe, je me permets de « poster » sur Facebook des messages sur l’évolution de mes jeunes, du comment ça se passe à l’école et comment on finit toujours par s’en sortir.  J’ai des « J’aime » d’un peu tous ceux qui ne sont pas trop tannés de me suivre et beaucoup de beaux commentaires. Ils me disent de ne pas lâcher, que le travail que je fais avec mes amours va porter fruit.  C’est vrai! Le travail que je fais, mes enfants en bénéficient. C’est mon combat pour que mes enfants ne soient pas dépourvus dans la vie.  Je me bats aussi pour faire accepter la différence et l’inclusion, pas seulement pour mes enfants mais pour tous les enfants qui en ont besoin.  Mes amis Facebook sont tous des personnes que j’aime énormément et dont je suis fière de côtoyer et d’échanger avec eux.  Encore là, rien de bien nouveau sous le soleil.

Là où le bât blesse, c’est quand je vois passer des messages sur des gens différents de nous, qui viennent d’un autre continent, d’un autre pays, qui n’ont pas les mêmes idéaux, les mêmes valeurs ni les mêmes croyances.  Ces messages sont souvent de haine et d’intolérance.  Une chance qu’il y a des messages qui prônent l’acceptation et le respect de chacun.  Mais j’avoue que de voir ces « posts » de propagande me blesse beaucoup.

Comme je disais plus haut, je me bats pour mes enfants différents avec leurs diagnostics.  Je me donne corps et âme pour leur bien-être et ce n’est pas un souci pour moi. Mais j’ai une question à poser à chacun de ceux qui me donne des tapes dans le dos quand je vis un succès avec mes kids…  Pourquoi acceptez-vous la différence de mes enfants quand vous affichez de l’intolérance face aux réfugiés?  Je sais que la peur d’attentats peut en freiner plusieurs mais laissez-moi vous rafraîchir la mémoire.

Denis Lortie, 25 ans, tua trois personnes et en blessa 13 autres, le 8 mai 1984.  Son but? Tuer René Lévesque. Nationalité : Canadienne.

Marc Lépine, 25 ans, tua à son tour une secrétaire, 14 étudiantes et en blessa 14 autres, le 6 décembre 1989.  Son but? Tuer le plus de femmes possible.  Nationalité : Canadienne. Oui son père est Algérien, mais de l’âge de 7 ans jusqu’à sa mort, il demeura avec sa mère ici à Montréal.

Richard Henry Blain 62 ans, tua une personne et en blessa une autre en voulant mettre le feu au Métropolis de Montréal, le 4 septembre 2012.  Son but? Tuer la première femme Premier Ministre du Québec, Pauline Marois.  Nationalité : Canadienne.

Michael Zehaf Bibeau, 32 ans, tua un militaire de trois balles dans le dos à Ottawa, le 22 octobre 2014.  Il nourrissait des croyances extrémistes. Nationalité : Canadienne de naissance et Syrienne. Sa mère, Susan Bibeau, est fonctionnaire fédérale. Elle détient un poste de direction à la Commission de l’immigration et du statut de réfugiés.

Et ici il n’y a que des Canadiens.  Trois Québécois et un Ontarien, mais tous Canadiens.

Je suis Québécoise, mais mes racines remontent jusqu’en Irlande, où mon arrière grand-père est venu par bateau s’installer ici pour commencer une nouvelle vie. Je suis arrière petite-fille d’un immigrant qui vivait la famine et la maladie dans son pays.  Suis-je si différente de ce que vous êtes? Je suis pourtant 100% Québécoise.  L’histoire n’est pas la même vous vous dites?  Je crois que oui, c’est la même histoire, mais ce n’est que la nationalité qui change.  Des extrémistes, il y en a partout.  Canadiens, Américains, Français… Regardez Hitler?  Est-ce que tous les Allemands sont comme lui?  Sommes-nous rendus si individualistes que nous serions prêts à fermer la porte à ceux qui en ont besoin par peur de perdre les richesses de notre province, notre place, la vie?  Vous pouvez prendre votre voiture et perdre la vie car un chauffard en boisson vous l’aura prise.  Est-ce que vous allez avoir peur de prendre votre voiture à cause de ça maintenant?

Beaucoup d’entre vous ont crié au scandale quand un petit garçon s’est échoué, mort, sur une plage, en disant qu’il fallait faire quelque chose, que c’était atroce…  Faites quelque chose mais pas chez moi, c’est ça?

Beaucoup vont dire que je vis dans un monde de « Calinours ».  Et bien à vous, je dis que c’est peut-être le cas, mais moi, je crois encore en la nature humaine, en la bonté de chacun d’entre nous et au respect de chaque personne.  Je crois encore que s’entraider peut faire reculer les guerres et amener la paix.  Je rêve? Eh! bien oui je rêve, car c’est avec des rêveurs que le monde à évolué : Copernic, Newton, Bell, Einstein, De Vinci…

J’ai une de mes cousines qui a marié un Marocain.  Cet homme m’a dit un jour que nous devrions laisser la question de la religion et des frontières pour se tendre la main car nous sommes tous frères sur cette terre.  Cet homme est musulman et pratique ce qui est dans le Coran. Il n’a jamais si bien dit. Merci Azzédine, merci cousin.

À lire sur Spectredelautisme.com : Comment parler des attentats terroristes à nos enfants

PARTAGER
Article précédentL’amitié n’y est plus
Article suivantL’année charnière
Vicky Mc Carthy est une femme dans la quarantaine un peu cinglée. Mariée à un hypothétique TSA, elle est aussi maman de 4 amours, tous TDA/H avec de la dyslexie/dysorthographie pour la plus vieille et TSA pour le plus jeune. Elle essaie de voir le bon en chaque personne et d’avoir une opinion sur un peu tous les sujets. Sa préoccupation première est sa famille mais aussi d’avoir un bon gros morceau de chocolat pour les baisses de positivisme. Elle aime faire des « jokes » plates selon ses enfants mais à la longue, on finit par aimer son humour et son franc-parler. Travaillant dans le domaine de la santé, elle se donne corps et âme pour le bon développement de sa sacro-sainte progéniture dans leur diagnostic, dans leur développement scolaire et dans leur vie. Bienvenue dans ce tutti-fruitti