Lettre à la belle-mère de mon fils

0
548

À toi, que je ne connais pas encore, toi qui prendras ma place parfois dans la vie de mon enfant. Toi qui seras la nouvelle amoureuse du père de mon fils. À toi, je désire te parler, même si je ne sais pas si tu es dans la ligne de mire de mon ex-conjoint, si vous vous connaissez encore ou si le chemin entre vous n’est pas croisé tout à fait.

À toi qui borderas un jour mon fils, je tiens à te parler car tu auras une place particulière dans la vie de mon enfant, de ma chair, de mon sang, de mon univers. Tu seras là et sûrement, si tu réussis à le voir, tu sauras pour lui. Tu sauras qu’il te faudra sûrement beaucoup plus de patience qu’une belle-mère ordinaire. Que son père et moi avons choisi la garde partagée pour reprendre notre souffle quand nous n’avons pas notre garçon. Pour garder ce souffle et cette étincelle car sans lui, nous sommes incapables de respirer normalement tellement l’amour pour cet enfant est fort provenant de ses deux parents.

Je ne dirais pas que notre séparation provient des difficultés de notre enfant, mais je ne dirais pas non plus qu’il n’y a aucun rapport entre tout ça. Je dirais que c’est un tout, notre tout.

Je dirais que ça n’a pas toujours été facile, mais je souhaite fortement que tu sois la bonne. Celle qui aimera le père de mon fils et qui prendra mon fils dans son cœur à tout jamais.

Je te dirais que je crois que ça prend tout un village pour élever un enfant et  j’espère du fond du cœur que tu en fasses partie. Qu’on s’épaule, qu’on s’entraide, qu’on soit là une pour l’autre, mais surtout, qu’on se comprenne pour mon fils.

Tu sais, il se peut que tu crois l’échapper, que tu crois qu’il ne t’aimera pas parfois. Je comprendrai que ses paroles peuvent être dures. Que ces gestes peuvent être perturbateurs. Je comprends ça. Mais tu n’y seras pour rien. Il est ainsi. Je sais que parfois il te fera pleurer, je doute qu’un jour tu veuilles tout quitter, mais sache que ce mal-être qu’il a parfois en lui est souvent temporaire. Que je t’écouterai quand tu me diras que ça ne vas plus, que je prendrai en main la santé de mon fils et que je prendrai en compte tes doutes et tes souffrances.

Que je comprendrai que parfois, tu auras envie de le serrer contre toi car il te dira la plus belle des phrases et que parfois, tu auras besoin d’aller respirer un bon coup après des heures de crises. Que tu peux m’appeler, que je t’écouterai.

Mais le seul conseil que je te donnerai,, c’est de continuer de l’aimer, de ne pas croire qu’il est ainsi car il le veut. Que l’autisme ne définit pas qui il est, mais peut définir ses agissements. Que quand tu sentiras la boule monter en toi, de te rappeler cette belle phrase qu’il t’avait dite un jour plus heureux et de l’étreindre comme s’il venait de te la dire.

De le regarder dans les yeux et de lui montrer que tu es là pour lui. Que quand maman n’est pas là et que papa est désemparé, tu es prête à t’investir.

Je ne te demanderai jamais d’aller plus loin que ta volonté, mais sache que si tu veux être dans la vie de mon fils, il a des besoins : besoin d’amour, besoin de soutien, besoin de toi. Alors si son père t’a choisie, c’est qu’il croit qu’il peut avoir confiance en ta compréhension. Et moi je lui fais confiance sur ce point. L’autisme n’est pas facile à comprendre ni à gérer, mais si tu es prête à faire partie de cette aventure, je t’accueille à bras ouverts. Je suis sûre qu’ensemble, avec tout notre village, on arrivera à faire qu’Antoine soit heureux.

Je suis prête.

Je sais que tu le seras aussi.

Ensemble, faisons-le pour Antoine.

PARTAGER
Article précédentJe suis cette maman
Article suivantMa croustade aux pommes
Je suis maman d'un merveilleux garçon qui a un TDAH et un TSA sans déficience intellectuelle. J'ai toujours été sensible à la maladie et aux troubles mentaux, je suis d'ailleurs préposée aux bénéficiaires. Mon fils réussit à faire ressortir le meilleur de moi-même. Le but de mes textes est d'évacuer mais surtout de conscientiser le monde à la différence et aux troubles mentaux ainsi qu'à leurs aspects dans la vie de tous les jours. J'espère vous toucher par mes écrits autant que moi je suis touchée en les écrivant.