Ma croustade aux pommes

0
134

La semaine dernière, j’ai appris une expression nouvelle. LA CHARGE MENTALE… C’est d’actualité… C’est ce qui fait que dans ma tête, je me mets la pression de tout gérer. C’est ce qui fait qu’Ouragan qui tousse m’empêche moi de dormir et pas Petit Mari. C’est ce qui fait que si demain, je disparaissais, l’univers de ma maisonnée imploserait. Quand ma charge mentale et mon TDAH se rencontrent, ça donne des aventures croustillantes comme ma croustade aux pommes.

Vendredi dernier, Ouragan était en feu. Surexcitée… Maman était LA parent accompagnatrice de la sortie vélo de sa classe. Alleluia! Parce que c’est connu, les éducatrices, on aime ça les enfants même dans notre journée de congé, alors on fait des bons parents accompagnateurs pas encombrants.

J’avais coché oui devant ses yeux de merle en frit quand elle m’a remis la feuille après avoir TROP bien collaboré à ses tâches. Tsé le genre de feuille qui n’est pas dans la pochette message, mais bien sur la taie d’oreiller à attendre patiemment le câlin mère-fille du soir. Ce moment merveilleux où je lui fais son crouki (je lui croque la fossette) et où elle se couche. Tout a commencé par son petit « mamannnnnnnnnnnnn »… J’aurais du me sauver en courant. « Toi, t’es en congé les vendredis, hein ???????????? » (yeux de merle en frit) « Monsieur Professeur formidable a besoin de parents accompagnateurs pour la sortie vélo, tu le connais, il dit que tu es une maman coooooooooool, il l’a dit à toute la classe, tu vas venir… mamannnnnnnnnnnn (re-yeux de merle en frit) » Voyez-vous, il y a 10 ans, j’ai eu le garçon de Professeur formidable, alors il me connait et à ses yeux, je suis vraiment cool. Résultat : j’ai coché oui. Vendredi passé, j’étais la seule maman-papa-grand-mère-tante-être humaine disponible pour accompagner sa classe… Ce fût merveilleux pour ma relation mère-fille plutôt en dents de scie.

MAIS… Il y a eu la croustade…

Le matin dudit vendredi, j’ai couru comme une « poule pas de tête » (je viens d’un village, c’est une expression courante chez nous) à vouloir faire tout mon ménage, lavage, ramassage pour le week-end. À 11h00, j’ai passé à deux doigts d’oublier Tsunami à la maternelle. Deux écoles, deux horaires… J’ai parti ma croustade à 11h05… Tornade et Ouragan arrivent. On dîne. Je suis en feu. Check sur ma liste de charge mentale… Re-check… Je suis la reine de l’organisation (ouais, ouais). Je vais porter Tsunami à l’école 12h15. Deux écoles, deux horaires… Puis, je réalise que je n’ai pas vérifié mon vélo. Pas de panique, mes pneus sont un peu mous. Demande à Petite voisine sa pompe pour la pression des pneus… ERREUR… l’univers à périclité dans mon cerveau. La pompe a dégonflé tout le pneu. Moi, tant que je suis en contrôle, je suis un rock. Sauf que j’ai tilté… Ma cour se remplissait de tout le voisinage qui voulait faire le trajet en vélo avec la maman cool d’Ouragan et Tsunami, mais la maman justement, ben elle était sur un solide flat. J’ai envoyé la marmaille à l’école en promettant de venir les rejoindre dans 5 minutes. J’ai piqué une course jusque chez ma copinette coiffeuse et j’ai gonflé mon pneu. Je suis arrivée top chrono avec la cloche à l’école. J’ai frôlé la catastrophe. Mon cerveau a géré comme un pro la crise du pneu sur le flat.

Au retour de vélo, j’ai rapidement été cherché Tsunami et c’est en entrant dans la maison que ça m’a frappé… comme une poêle de fonte. En fait, c’est l’odeur qui m’a frappée. Ma croustade, j’avais oublié ma croustade. Elle venait de passer de 11h à 15h dans le four. Crousssssss, c’est pour croquant, je crois… Elle était croussssssssstillante. Honnêtement, j’ai su dès que je l’ai vu que pour mon plat en pyrex et moi, il n’y aurait pas de tête à tête devant l’évier à essayer de décoller le tout. J’ai mis le plat sur le poêle pour que ça refroidisse avant de le mener à son dernier repos. Ma maison aurait pu flamber. Je n’étais pas fière. Tout à mon soulagement, j’ai loupé le coche pour la deuxième fois avec ma croussssstade. Ouragan s’est approchée pour voir et dans sa belle innocence enfantine a posé la main sur le brûlant plat en pyrex. Ma face… sa face… une fraction de seconde plus tard, elle avait la main sous l’eau froide. « MAMAN, tu me l’as même pas dit qu’il était chaud ». Ben oui, dans ma grande sagesse parentale, je me suis mordue la babine en pensant que le plat, il n’est pas chaud, il est sur le bord de l’incinération. Elle était fâchée. FRU ben raide… Je vous dis que le plat en pyrex a eu toute une messe vers son dernier repos. J’ai partagé un moment mère-fille d’un nouveau genre. Je vous rassure, elle m’a pardonnée.

Morale de cette histoire? Quand ta charge mentale, ton planning ou ton horaire est modifié par un plat de croustade sans mettre de minuterie, vérifie toujours la pression des pneus de vélo plus que 20 minutes avant de partir ou bien coche non sur la feuille de demande de parents accompagnateurs… Pis tu vas pouvoir la manger ta croussssss de croustade.

PARTAGER
Article précédentLettre à la belle-mère de mon fils
Article suivantNous sommes David…
Maman TDAH de trois tempêtes; Tornade 11 ans (TDAH avec impulsivité et trouble anxieux), Ouragan 9 ans (TDAH) et Tsunami 6 ans (trop jeune pour un diagnostic), je suis la douce moitié de mon petit mari (TDAH). À cela s'ajoute une grande sœur au pays des nuages que nous appelons affectueusement Coccinelle. Éducatrice en pouponnière ainsi qu'anciennement auteure de livre jeunesse, je me considère comme une sage dans l'art de la patience infinie...