Tomber au combat

0
1153

Le système d’éducation est malade. On le sait. Des statistiques le démontrent. En réunion cette semaine, on nous donne des chiffres. Il y a pénurie d’enseignant(e)s, de professionnel, de soutien. Mais où sont-ils? La plupart est tombée au combat. Bon nombre de collègues, d’ami(e)s, ont dû quitter. Congé forcé. Épuisement professionnel. La solution? Accorder moins de congés. Fini le temps où l’on pouvait travailler quatre jours par semaine…

Je suis enseignante en adaptation scolaire depuis 20 ans. J’ai travaillé en autisme la majeure partie de ce temps. Il y a trois ans, j’ai changé de branche, mais pas de vocation. Toujours auprès d’élèves à besoins particuliers, je travaille maintenant en classe de communication. Et pour me faire un clin d’œil, mon fils autiste a reçu un nouveau diagnostic de dysphasie…

Je travaille à 80% de ma tâche depuis le retour de mon dernier congé de maternité. Entre temps, je suis tombée au combat, deux fois. La première, pour dépression situationnelle causée par ma séparation. Arrêtée une année. Le temps de me refaire, de me reconstruire. Et de changer de milieu. Toujours en autisme, mais dans une autre commission scolaire. Je veux séparer la maman de l’enseignante. Fiston ayant reçu son diagnostic de TSA, je ne voudrais pas qu’il se retrouve dans ma classe ou que sa prof soit ma collègue.

La deuxième fois, je suis tombée pour burn-out parental. Préadolescence de fiston, ajustement de médication, en attente de services depuis plus d’un an. Arrêtée quatre mois. De retour à quatre jours à la rentrée des classes, nouvelle école, nouvelle clientèle. Le meilleur move de ma carrière. Vivre l’autisme au quotidien avec fiston est suffisant. J’ai besoin de nouveaux défis professionnels. Depuis, je ne me suis jamais autant investie pour la cause…

Mon quatre jours est une nécessité, pas un caprice. C’est ce qui me permet de garder le cap, de concilier travail – famille – besoins différents. Or, voilà qu’on annonce la fin de ces congés. Pour combler le manque de ressources que le gouvernement a coupé durant l’austérité! J’aurai sûrement droit à une dérogation syndicale puisque j’ai un enfant à besoins particuliers, mais qu’en est-il de tous les autres qui ont besoin de préserver leur santé physique et mentale? Car je ne connais personne qui travaille à 80% pour le plaisir. Elles ont toutes une bonne raison. Et c’est grâce à cette journée de congé qu’elles peuvent s’investir à 100% les quatre jours restants.

La faute ne revient ni aux écoles ni aux commissions scolaires. Elles doivent trouver des solutions avec ce qu’elles ont, c’est-à-dire rien! Le problème vient du gouvernement qui doit repenser tout le système scolaire, de la maternelle à l’université! Glorifier la profession enseignante au lieu de la dénigrer. Améliorer nos conditions de travail pour attirer plus de recrues. Faciliter le processus d’embauche. De jeunes profs qui veulent travailler, il y en a, mais ils n’ont pas accès aux postes disponibles. Pour toutes sortes de raisons. Couper dans les congés accordés aux enseignant(e)s n’est pas la solution. Au contraire, encore plus d’entre nous risquerons de tomber au combat…

PARTAGER
Article précédentLa différence sous toutes ses formes
Article suivantChut!
Enseignante en adaptation scolaire, spécialisée auprès de la clientèle vivant avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA), je côtoie la différence au quotidien depuis plus de 20 ans. Mère monoparentale de 3 magnifiques enfants, un garçon et deux filles, le hasard (ou le destin) aura voulu que fiston naisse avec un trouble envahissant du développement non-spécifié (ancienne appellation pour le TSA). Un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), beaucoup d'opposition, d'anxiété et d'impulsivité se sont également manifestés chez lui au fil des années. Suite à un parcours et à une scolarisation difficiles, de récentes évaluations ont été poussées plus loin, dont un test génétique, où il apparaît que fiston est porteur du syndrome XXYY, en plus de deux nouveaux diagnostics de SGT et de dysphasie. En mai 2013, j'ai créé la page Facebook Aide à domicile afin de trouver un accompagnateur pour fiston lors de la période estivale. La page changera plus tard de vocation, pour devenir Enfants différents besoins différents qui se veut davantage un réseau de recherche et de partage d’informations pour les parents, intervenants et toutes personnes concernées par la différence de nos enfants. Ce site Web est donc l’aboutissement de ma page et a pour objectif de sensibiliser le plus grand nombre de gens possible face à la différence sous toutes ses formes.