Les protéger à tout prix

0
162

Des fois, j’aurais le goût de mettre mes fils dans un petit cocon et de les garder là, bien à l’abri, jusqu’à ce qu’ils soient des adultes… Je sais, je suis une maman poule, une maman intense, une maman couveuse, croyez-moi je les ai tous entendus. Je me soigne, vous savez! Avec le temps, avec mes amis autour de moi qui me rappellent à l’ordre et qui par leur réflexion me font avancer.

Une situation s’est passée cette semaine qui a réveillé la maman lionne en moi, la maman poule. Mon grand garçon, qui a un trouble dans le spectre de l’autisme, commence tranquillement à prendre l’assurance d’un garçon de presque 11 ans. Il prend de l’autonomie, j’essaie de lui laisser des petits défis et de l’encourager malgré son anxiété. Cet été, il a voulu faire un cours de tennis, il me l’a spécifiquement demandé, c’est qu’il y tenait mordicus! Le cours est deux fois par semaine et n’est pas très loin de la maison. Je ne peux malheureusement l’accompagner, car j’ai un service de garde en milieu familial à la maison et le cours a lieu durant la sieste. Donc, pour les premiers cours, son gentil grand-papa l’a accompagné afin qu’il prenne ses repères, se fasse une petite routine et soit à l’aise. Ensuite, il a marché tout seul, comme un grand, jusqu’au cours. Il était fier de lui! À noter que mon fils marche pour aller à l’école tous les jours, mais qu’il est accompagné de ses amis.

Cette semaine, mon fils est revenu de son cours avec le cœur qui débattait, les larmes dans les yeux et en panique. Un groupe de jeunes adolescents l’avait insulté sur le chemin du retour et lui avait crié des bêtises. Je suis resté calme pour mon fils, en lui expliquant que parfois, ils ne savaient pas quoi faire et se divertissaient de manière inadéquate, mais à l’intérieur je bouillais de colère. Je ne pouvais malheureusement pas aller les apostropher, mais ma gentille voisine a accepté d’aller leur parler. Elle a eu la gentillesse d’aller intervenir afin que mon fils se sente en sécurité la prochaine fois qu’il ira à son cours. Car il avait eu peur, le pauvre. Cet épisode m’a fait beaucoup de peine. Ils l’ont traité de stupide et ça m’a profondément blessée.

Je suis consciente qu’à son entrée au secondaire, il risque de vivre d’autres moments comme cela et qu’il devra arriver à se faire une carapace et s’affirmer. J’étais en secondaire 1, je m’en souviens comme si c’était hier… Dans les corridors, on me suivait en me criant des choses terribles. À ma case, j’avais des mots de méchanceté collés et dans la classe, on se passait des mots, on chuchotait des choses et riait de moi. Ce fut une période horrible. Difficile d’oublier, difficile pour l’estime, même adulte, je dois encore travailler sur moi-même. Un jour, j’ai craqué et une enseignante m’a retrouvée en pleurs, épuisée de me battre contre mon quotidien. Ce jour-là, elle est entrée dans la classe et elle a parlé aux élèves. Je ne sais pas ce qu’elle leur a dit, mais plus jamais on ne m’a harcelée.

Quand mon fils est entré, les yeux pleins d’eau et le cœur battant, je me suis revue et j’ai eu peur pour lui. J’ai eu le goût de le remettre dans un cocon…

PARTAGER
Article précédentCache-cache
Article suivantMon enfant différent
Éducatrice en petite enfance depuis maintenant 14 ans, Jessie est passionnée de son travail. Elle est maman de deux garçons de 7 ans et 9 ans. Son plus jeune garçon a une dyspraxie verbale et un trouble d’acquisition de la coordination motrice. Son grand garçon a un diagnostic de TSA. Elle s’inspire de son quotidien pour écrire ses textes et ça l’aide à faire le point sur différentes facettes de sa vie. Jessie est une personne pleine d’énergie, toujours prête à aider son prochain et qui est impliquée dans la vie scolaire de ses enfants. Elle préside le comité EHDAA depuis maintenant deux ans à la commission scolaire des Trois-Lacs car la cause des élèves HDAA lui tient à cœur. Elle adore faire du bénévolat! La tête toujours pleine de projets qui sont parfois inusités, elle est une fille d’action. Ses enfants sont au centre de sa vie et c’est avec humour et autodérision qu'elle arrive, avec l’aide de son conjoint, à traverser les petites et parfois les grosses tempêtes de la vie de parents d’enfants différents.