Tes crises, mon désarroi

0
325

Pour les enfants dans le spectre de l’autisme, la communication est toujours un enjeu de taille. Comprendre nos schèmes sociaux et nous faire comprendre leurs besoins sont des défis quotidiens auxquels les autistes et leur famille sont confrontés. De ces incompréhensions mutuelles naissent de véritables cellules de crise ou des tempêtes inattendues. En tant que parents, rien n’est plus difficile que de ne pas être capables de répondre aux besoins de notre enfant. Pourtant, voilà ce à quoi nous sommes confrontés quotidiennement, parents d’enfants à besoins différents.

De notre côté, mon garçon utilise toutes sortes de stratégies pour arriver à nous faire comprendre ses demandes. Il mime, imite des bruits, nous montre une image ou nous baragouine des mots. Inévitablement, il nous arrive de ne pas comprendre ce que notre fils veut nous dire ou nous demander malgré tous les efforts qu’il déploie. Alors vient pleurs, impatience, impuissance et insatisfaction.  Comment réussir à vous expliquer comme c’est insultant pour lui, mais aussi pour nous? Humm. Je comparerais cette situation à celle-ci : c’est comme jouer à Devine ce que je mime?  mais avec des Japonais. Si tu ne devines pas le mime, même si le Japonais te l’explique en mots, tu ne sauras pas plus quelle est la réponse! En plus, l’inverse est aussi vrai! Au début, ça peut être cocasse, mais à la fin c’est lassant voire frustrant. Tu auras beau avoir le meilleur esprit sportif au monde, pas sûre que tu auras le goût de jouer à ce jeu bien longtemps! Alors, pas facile de communiquer de cette façon avec la personne que tu aimes le plus au monde! Il y a des jours où nous avons l’impression d’être dans un vrai cul-de-sac.

Par chance, l’amour nous donne en réserve une tonne de persévérance. Alors, à mi-chemin entre nos deux mondes, on réussit souvent à se rejoindre. Avec chance, avec patience, avec amour. Ces moments de grâce sont si précieux et générateur d’espérance. En fait, on ne vit que pour ces moments de parfaite harmonie.

PARTAGER
Article précédentNala & Ciboulette Répit
Article suivantDu temps pour moi
Enseignante au primaire depuis 11 ans, j’ai la chance d’être maman de deux beaux enfants. Ma grande fille de 8 ans a reçu un diagnostic de TDAH à l’âge de quatre ans. Avec sa folie et son énergie, elle nous fait vivre des montagnes russes d’émotions. Mon garçon de 4 ans a un TSA. Malgré cette différence, il charme tout son entourage. En équipe avec mon mari, j’arrive maintenant à vivre pleinement la vie un jour à la fois, et ce, au travers les hauts et les bas du quotidien. Écrire me permet maintenant de partager mon expérience de vie, mes questionnements, mes doutes mais aussi tout mon amour pour les enfants.