Petite Elie, mon ange

0
270

Voici le magnifique texte d’une maman à sa fille de notre collaboratrice, Cyndie Laramée.

Ma belle puce. Tu as 16 ans maintenant. On t’a diagnostiqué dernièrement un trouble anxieux et je sais que pour toi, c’est loin d’être facile.

Tu as l’impression que la vie t’a mis des bâtons dans les roues, que le chemin de vie que tu t’étais tracé t’a caché des périls, qu’il sera beaucoup plus long et sinueux que prévu.

Maintenant, le monde te paraît trop grand, pour toi la Terre tourne trop vite. Tu as l’impression de ne plus être capable de la suivre. Les efforts à faire te paraissent tellement grands que tu vois tout ça comme une montagne dont le sommet n’arrive jamais.

Sache ma grande anxieuse, que je suis là. Je ne suis pas parfaite, mais tu sais que je ne te laisserai jamais tomber. Tu te souviens de mon texte « Petite Elie, mon ange », que j’avais écrit alors que tu n’étais qu’une petite crevette dans mon ventre? C’est maintenant qu’il prend tout son sens.

Oui, parfois je te pousse un peu pour te forcer à avancer. C’est aussi ça mon travail de maman, de te shaker  un peu pour que tu sortes de ta catatonie. C’est un drôle de mélange, l’adolescence et l’anxiété hein? Parfois, je ne sais plus trop lequel des deux mène.

Je sais que ça te demande un effort surhumain d’essayer de te remettre sur pied. Mais avec une médication qui convient et une thérapie comportementale, tu y arriveras. J’ai confiance en toi.

Ce qui me fait mal, c’est que je ne peux que t’accompagner là-dedans. Je ne peux être qu’un appui sur lequel tu peux te reposer un peu pour te refaire des forces, mais je ne peux pas faire le travail à ta place; seule toi peux y parvenir. C’est bien comme ça d’une façon, parce que lorsque ça ira mieux, le crédit te reviendra à toi et tu en mériteras tous les bénéfices.

Petite Elie, mon ange… tu es belle, tu es bonne, tu es capable. Tu es une battante, beaucoup plus que tu ne le crois. Tu apprends encore à te connaître, mais moi je t’ai tricotée. Je sais que tu le sais parce que je te harcèle presque avec ça, mais je suis tellement fière de toi ma grande, tu n’as pas idée. Et mine de rien, tu es encore ma petite crevette, ma petite Elie, mon petit ange. Et tant et aussi longtemps que je vivrai, tu pourras compter sur moi.

Cyndie Laramée

Vous aimeriez vous aussi faire partie de l’équipe des Collabos? Cliquez ici!

PARTAGER
Article précédentNuisible
Article suivantLes lettres de trop
Vous êtes le parent d'un enfant différent? Vous travaillez auprès d'une clientèle à besoins particuliers? Vous vivez vous-même avec une différence? Vous aimez écrire et souhaiteriez partager votre expérience pour sensibiliser les gens? Faites partie de l'équipe des Collabos! Cliquez sur l'onglet À propos pour nous envoyer votre texte.