L’année charnière

0
158

31 décembre. Dans quelques heures, 2016 sera dernière nous. Cette année sera et restera une période marquante dans ma vie. J’ai vécu les moments les plus difficiles de ma vie mais aussi les plus grandes leçons. Encore un peu fragile, mais j’ai appris une quantité de chose. J’ai dû revenir à la base, à l’essentiel.

L’humilité de pouvoir enfin demander de l’aide, moi qui croyais pouvoir tout faire… La persévérance de me relever, un pas à la fois, et de ne pas me décourager quand je tombais quand même. La lucidité de m’en remettre à des gens qui m’aiment, qui veulent que mon bonheur, même si c’est difficile. Dire oui quand on veut m’aider. Celui d’accepter que c’est normal de ne pas être parfaite, qu’on va m’aimer pour vrai, sans conditions.

L’année des grandes décisions et des grands changements. Malgré la douleur, accepter de passer par là pour connaître le bonheur à nouveau. Pour être une meilleure personne, une meilleure mère aussi. Le chemin est encore semé d’embûches, mais je me dois de regarder en avant pour ces enfants que j’aime le plus au monde. Ils méritent le meilleur de moi-même. Et ce meilleur, je le construis jour après jour, avec mes qualités, mes défauts, mes saute d’humeur et mes crises de bisous…

Dans quelques heures… Mon passé ne s’effacera pas, j’en garderai les stigmates probablement toute ma vie. Tels des tatouages ou des cicatrices qui marquent des périodes importantes de notre vie. Mais je les regarderai en pensant que oui, je suis une survivante. Pas d’une guerre ou d’une famine, mais d’une année que j’aimerais oublier… Mais que je ne ferai pas, parce que j’ai appris… J’ai compris qui j’étais, quelles étaient mes limites, mes priorités.

Dans quelques heures, 2017 accueillera une femme qui a décidé de prendre son avenir en main…

GL pour GS

PARTAGER
Article précédentNous sommes tous frères
Article suivantLes aléas de l’intégration en classe régulière (1ère partie)
Passionnée de communication et d'écriture, le journalisme était ma vocation. Une merveilleuse personne s'est dressée sur mon chemin; ma fille, puis mon fils, 5 ans plus tard. Tous deux TDAH sévère, le benjamin étant aussi dysphasique. J'ai décidé de ne pas laisser les autres décider pour moi. Je me bats depuis 3 ans avec ce groupe né d'une impulsion; ''Plus de services au Québec pour nos enfants différents''. Je tiens à partager avec vous ces moments merveilleux, mais aussi les plus sombres, afin que vous sachiez que vous n'êtes pas seule(s).