Quand j’ai décidé que tu serais seul

0
1638

Quand j’ai décidé que tu serais seul, ça a pris du temps dans ma tête avant de l’accepter. Ça a été une décision mûrement réfléchie. Toi, tu me le demandes un petit frère ou une petite sœur. Tu en parles souvent. Tu aimerais avoir un ami avec qui jouer, mais je ne peux pas. C’est juste trop pour moi.

Je ne sais pas si c’est égoïstement que j’ai décidé de me faire opérer pour que justement, je n’aie plus ce choix à faire. Je ne sais pas si c’est parce que ma dépression m’as montré que je suis fragile et que j’ai besoin parfois, souvent, de me ressourcer. Je ne sais pas si c’est pour toi, pour le fait que je veux être pleinement là pour t’aider à cheminer. Je ne sais pas si c’est la peur que « l’autre » qui n’existe pas serait comme toi, plein de défis.

Ça a été une décision que j’ai choisie. Malgré le fait que tu voudrais un frère ou une sœur. Malgré le fait que mon nouvel amoureux, lui, n’a pas d’enfant. Malgré le fait que moi aussi parfois, souvent, j’aimerais agrandir notre famille. Mais mon choix est fait : tu seras le seul qui aura le droit de m’appeler maman.

Peut-être parce que parfois, souvent, je ne me sens pas complètement bonne en tant que mère. Je perds patience et même si je voulais l’accepter à 100%, bien ta différence me laisse parfois, souvent, un goût amer dans la bouche. C’est dur à dire et à penser mais parfois, souvent, je le pense.

Je ne pourrais revivre ça. Ce serait trop pour moi et je l’avoue. Même si j’en ai honte, je l’avoue, c’est difficile. Alors maman est allée voir le médecin. Et bientôt, il fera en sorte que maman ne soit que ta maman à toi.

Parfois, ça me peine, souvent, ça me réjouit de savoir que notre lien spécial ne sera pas chamboulé. C’est difficile à dire, mais je crois que je peux te le dire, tu es assez grand pour comprendre.

Je crois que dans tout ça, je veux être là pour toi à 100%. J’aurais peur d’avoir d’autres défis qui finiraient que tu aies moins de mon temps et mon temps, tu en as tellement besoin. Je crois que c’est un mélange de toutes mes craintes mises ensemble. Je crois que c’est un choix, mon choix.

Tu sais parfois, souvent, mes choix je ne les accepte pas à 100%, mais je fais le choix d’en assumer les pertes et les conséquences.

Ici mon choix, c’est toi , c’est moi , c’est nous. Car parfois, souvent, c’est entre nous que ce lien est si solide. Car parfois et surtout souvent ce sera à ton évolution que je penserai en premier.

Je penserai à toi.

Même si parfois, souvent, j’en souffre en silence.

PARTAGER
Article précédentLes produits Cloud b : pour des nuits réconfortantes
Article suivantLe Time Timer m’a sauvée
Je suis maman d'un merveilleux garçon qui a un TDAH et un TSA sans déficience intellectuelle. J'ai toujours été sensible à la maladie et aux troubles mentaux, je suis d'ailleurs préposée aux bénéficiaires. Mon fils réussit à faire ressortir le meilleur de moi-même. Le but de mes textes est d'évacuer mais surtout de conscientiser le monde à la différence et aux troubles mentaux ainsi qu'à leurs aspects dans la vie de tous les jours. J'espère vous toucher par mes écrits autant que moi je suis touchée en les écrivant.