Ce bon vieux Père Noël…

0
74

Soyons sérieux deux minutes. Parce que j’en ai raz-le-pompon ce matin des commentaires du genre « Noël, le monde a oublié ce que c’est vraiment. C’est la naissance du Christ, notre sauveur… blablabla » Perso, je ne suis absolument pas religieuse, je suis très cérébrale et « évolutionniste ». Mais quand même le Doc Mailloux s’en mêle, ouf…

Alors allons-y avec un sujet que j’aime : l’histoire. Celle avec un grand H, et non celle basée sur un livre qui a été traduit et qui est composée d’interprétation bien personnelle d’hommes, où un serpent parle et une pomme nous fait expulser du paradis. Donc Noël. En fait, quand on fouille dans l’histoire, Noël est une fête païenne qui célébrait le solstice d’hiver, la fin des Saturnals. C’est un pape, je ne sais plus lequel, qui l’a approprié au catholicisme et a décrété que c’était la naissance du Christ, qui en fait serait né en Septembre selon les historiens… Ah, et désolée de pèter une autre bulle, il n’aurait pas eu les yeux bleus et le teint pâle puisqu’il était originaire du Moyen-Orient… tsé… Le sapin, lui aussi relié aux fêtes païennes, était un symbole de renouveau de la vie et servait à rappeler que la belle saison et les récoltes allaient revenir…

Le Noël qu’on connait avec le Père Noël date plutôt de la fin des années 1800. C’est l’illustrateur Thomas Nast qui en fit le premier dessin en 1863. En 1885, on dessina l’histoire de son parcours de son domicile au Pôle Nord jusqu’aux États-Unis : voilà, il avait maintenant un domicile fixe! Quant au gros Père Noël bedonnant, souriant et vêtu de rouge, il a été popularisé par la compagnie Coca-Cola en 1931. Mais avant cela, c’est l’auteur Clement Clarke Moore qui écrivit pour ses enfants le conte The Night before Christmas en 1821 et le fit apparaitre dans son traineau tiré par des rennes.

Donc si vous tenez à dire la vérité, rien que la vérité et toute la vérité à vos enfants, n’oubliez pas que de dire que Noël c’est la naissance de Jésus, c’est aussi un mensonge.

Les croyances, c’est personnel. Que ce soit dans la croyance religieuse ou autre, ce qui importe c’est le bien-être que cela nous apporte. Personnellement, j’aime mieux que mes enfants croient à la magie du Père Noël et des lutins (qui chez nous font des bons coups) et au fait que Noël est un temps magique, où il fait bon réaffirmer aux gens qu’on apprécie, qu’on les aime et qu’ils sont importants pour nous. J’ai un grand qui ne croit plus au Père Noël depuis 2 ans, mais croit encore à la magie des lutins. Et il ne gâche pas la magie totale pour son petit frère parce qu’il a bien compris que le Père Noël, au fond, il existe en chacun de nous dans cet amour que nous partageons les uns pour les autres. Le message que nous nous efforçons de transmettre à nos enfants, différents ou non, c’est que ce qui est important, c’est l’amour, le respect… Et comme je n’en ai pas voulu à mes parents pour m’avoir laissé croire au Père Noël, mon grand ne m’en veut pas non plus. Il a très bien compris que le Père Noël, il existe. Il est en nous chaque jour de l’année dans l’amour que nous partageons.

PARTAGER
Article précédentVive le condo!
Article suivantUn conte de Noël différent
Éducatrice à la petite enfance depuis une vingtaine d’année, adepte de l’entrainement en force pour ne pas perdre complètement la tête, Nancy Ringuet, très possiblement TDAH, est maman de deux garçons à diagnostics : un grand TDA sévère et un plus jeune SGT, TDAH impulsivité mixte et TOP. C’est un long combat qui aura mené aux diagnostics du plus jeune, et un long combat qui s’engage pour faire reconnaître ses besoins. Passionnée de recherches et assoiffée d’en apprendre plus, elle fouille le net sous toutes ses coutures. Elle partagera ici des textes et réflexions sur ce vécu différent de mère chef de famille, avec un conjoint dont le travail l’amène à être absent.