Une maman extraordinaire

0
49

Aujourd’hui, on me qualifie de maman extraordinaire.

Ce terme, même s’il est plaisant, me dérange un tant soit peu et me met mal à l’aise vis-à-vis des autres mamans.

Certes, j’ai un enfant différent, mais j’en ai aussi cinq autres dits « normaux ». Et même si mon p’tit dernier n’entre pas dans les cases ou les moules de la normalité, en ce qui me concerne, il est mon enfant au même titre que les autres et je suis prête à tout pour toute ma « tribu », sans exception!

Effectivement, l’autisme est difficile au quotidien. Chaque acte « normal » demande beaucoup plus de travail, plus de temps, sans aucune certitude de réussite. Son acceptation au sein de la société est un combat de chaque instant. Mais finalement, c’est ça être maman, c’est ça être parent!

Je n’accomplis que mon devoir de maman, qui consiste à rendre mon enfant heureux, comme je le fais aussi pour mes cinq aînés, avec simplement plus d’obstacles sur mon chemin.

Durant ma période de maman « classique », avant la différence donc, j’ai aussi galéré! J’ai connu de mauvaises nuits, allant jusqu’à huit mois pour ma troisième par exemple… Je leur ai aussi appris à manger, à marcher, à parler, à être propre. J’ai aussi été confrontée à l’inquiétude, sous toutes ses formes, à la rage face au harcèlement scolaire de deux de mes filles… J’ai connu des heures de devoirs, des caprices, bref tout ce qu’une maman, tout ce qu’un parent vit.

Alors, oui aujourd’hui, tout ceci est plus complexe avec mon p’tit dernier et quand on me dit que je suis extraordinaire, je ressens une forme de frustration, comme si on accédait à ce titre par le biais de la différence, comme si tout ce que j’avais accompli ou affronté pour mes grands n’était rien… La sensation étrange que si je n’avais jamais connu la différence, j’aurai juste été une maman, un parent, assumant un rôle banal…

En ce qui me concerne, toutes les mamans, tous les papas, tous les parents dignes de ce nom, je ne parle pas des simples génitrices ou géniteurs démissionnaires, sont extraordinaires!!!

Comme on dit, être un père ou une mère, c’est facile, mais être un papa ou une maman, n’est pas donné à tout le monde!

PARTAGER
Article précédentMoi, ma maman
Article suivantEt les papas dans tout ça?
Maman de six enfants dont le petit dernier est TSA. Fondatrice et présidente de l'association "Autismopolis, le monde de Melvinn et ses amis", partenaire de l'association "Bouger pour l'autisme", dont je suis la coordonnatrice de l'antenne 71. Je sensibilise aussi à l'autisme via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) Je suis aussi blogeuse et youtubeuse à mes heures perdues.