Un jugement trop facile

0
272

Il n’y a pas si longtemps de ça, une nouvelle faisait la « une » de tous les journaux ou presque.  Une maman venait s’établir au Québec avec sa famille pour aider sa fille autiste à avoir des services adéquats pour son état. Vous vous en souvenez sûrement? Ok! Super. Bonne chance pour eux. Sauf que dans un des articles que j’ai lu sur le net, la maman en question disait en entrevue au journal de son pays d’origine, qu’elle n’avait pas eu les services promis par l’organisation qui emploie son mari pour les services gratuits que leur fille devait recevoir.  Eeeehhh!!  Wait a minute!!!!  Des services GRATUITS????  Et c’est là que je grogne.

« Parlons-en des services GRATUITS.  Mon fils TSA est en attente depuis 1 ½ ans pour avoir des services qui conviennent à son état.  J’ai dû me tourner vers le privé pour payer les évaluations pour qu’il soit entrepris tout de suite afin qu’il ait toutes les chances de son côté.  Je n’ai pas un salaire à tout casser et pourtant je paye les services de ma poche encore et encore.  Son mari gagne des millions avec ce qu’il fait, qu’ils fassent comme moi et qu’ils payent. »  C’est pas mal ce que j’ai répondu sur un post Facebook dédié à cette article.

Je suis une personne très émotive.  Je vis mes émotions à 100 milles à l’heure.  Je m’insurge quand je vois des injustices et je vais aux barricades pour me battre si besoin est.  Je n’ai pas toujours l’habileté de mettre des gants blancs quand j’ai quelque chose à dire et f*** le reste si ça ne plaît pas aux autres.

Trop facile le jugement me direz-vous?  Eh! Bien, vous avez tout-à-fait raison! Et je l’ai appris souvent à mes dépends.

J’ai eu des parents à problèmes (alcoolisme, toxicomanie) qui ne m’ont pas appris à savoir comment parler aux autres comme il faut dans la vie.  Le respect, je l’ai appris sur le tas.  Celui des autres et le mien aussi.  Jeune, j’étais une « tite tannante » qui a eu plus souvent qu’à son tour des coups de pieds au c**. Trop malcommode, je n’avais pas beaucoup d’amis et ceux que j’avais, ils étaient aussi tannants que moi. Je n’avais pas la langue dans ma poche et il fallait que je me batte tout le temps pour prendre ma place.

J’ai eu la chance d’avoir des personnes merveilleuses qui m’ont montré le savoir parler et écouter. Savoir lire entre les lignes et me faire une opinion seulement quand j’ai tous les aspects en avant de moi pour me faire une opinion juste et éclairée. Je ne les remercierai jamais assez d’avoir été sur mon chemin pour que je puisse prendre la bonne route. Je suis devenue une personne qui aime avoir tous les détails afin d’avoir un bon jugement. Mais des fois, chassez le naturel et il revient au galop!  Ce sont mes racines irlandaises qui ressortent!

Toujours sur Facebook, la maman en question a fait un post pour nous éclairer sur sa position à elle.  Nous dire à nous les parents qui attendent au public qu’elle ne prendrait jamais notre place pour les services de sa fille. Et qu’elle nous comprenait et qu’elle était de tout cœur avec nous.  Et là, j’ai compris que j’avais été trop loin. J’ai compris aussi qu’une famille c’est comme un arbre.  Tu essaies de lui donner le meilleur terreau possible pour que ton arbre puisse grandir et fleurir.  Et des fois, tu dois le déraciner pour le transporter ailleurs afin de faire en sorte qu’il devienne plus fort et plus solide.

J’ai beaucoup de défauts, mai j’ai aussi une grande qualité, celle de M’EXCUSER.  J’ai jasé avec cette maman et j’ai admis mes torts de ne pas avoir été chercher plus loin et d’avoir jugé trop vite à partir d’un article. Cette merveilleuse maman a compris et elle a accepté mes excuses. WOW!!! J’ai appris une belle leçon de vie à ce moment-là.  Dans un article de Guylaine Guay que Julie Philippon a posté sur son blogue, il était écrit (et je cite dans mes mots) que peu importe le statut social, l’argent dans nos poches et peu importe d’où nous venons, nous sommes tous des parents d’enfants avec des besoins particuliers.  Elle avait raison sur toute la ligne, mais je l’avais oublié pour me la jouer solo.  Merci Guylaine. Des jugements trop faciles, ça nous arrive à tous.  Souvent, on parle à travers notre chapeau sans avoir discuté ni écouté l’opinion des autres.  Soyons vigilants, nous vivons tous sur la même roche et nous sommes tous frères car nous sommes tous humains.

Mea culpa à cette maman courageuse.  Ça prend énormément de détermination et du courage pour tout laisser par amour pour sa famille et pour faire en sorte d’avoir une vie meilleure pour son enfant.  Vous avez toute mon admiration et mon soutien, ton conjoint et toi. CHAPEAU!!!

PARTAGER
Article précédentLes réseaux sociaux et ode à l’amitié entre parents d’enfants à besoins particuliers
Article suivantLe jour de ta naissance
Vicky Mc Carthy est une femme dans la quarantaine un peu cinglée. Mariée à un hypothétique TSA, elle est aussi maman de 4 amours, tous TDA/H avec de la dyslexie/dysorthographie pour la plus vieille et TSA pour le plus jeune. Elle essaie de voir le bon en chaque personne et d’avoir une opinion sur un peu tous les sujets. Sa préoccupation première est sa famille mais aussi d’avoir un bon gros morceau de chocolat pour les baisses de positivisme. Elle aime faire des « jokes » plates selon ses enfants mais à la longue, on finit par aimer son humour et son franc-parler. Travaillant dans le domaine de la santé, elle se donne corps et âme pour le bon développement de sa sacro-sainte progéniture dans leur diagnostic, dans leur développement scolaire et dans leur vie. Bienvenue dans ce tutti-fruitti