Un baume puissant

0
348

« Qu’est-ce que la vie veut faire avec moi? »

C’est une des plus belles phrases que j’ai entendues dans ma vie… Apaisante, une véritable révélation provenant du livre de Rémi Tremblay et de Diane Bérard, La chaise rouge devant le fleuve. Un des auteurs raconte comment une simple chaise est devenue une invitation à s’asseoir, à regarder le fleuve qui était tout simplement là devant sa demeure, mais aussi, à se regarder bien en face dans le but de faire un arrêt salvateur.

Dimanche dernier, voyant la mélancolie m’envahir, j’ai décidé de plonger dans ce livre que je m’étais procuré en février dernier. Il traînait là sur ma table de chevet et étrangement, il me rebutait. J’en avais lu des parcelles et le thème faisait monter en moi une belle angoisse existentielle simplement parce qu’il recommandait de s’arrêter, de s’écouter, de se déposer.

N’est-ce pas le moment idéal lorsqu’on est en vacances? Et si au lieu de lutter, je cessais de combattre et j’écoutais enfin les émotions qui surgissent à la surface de ma conscience? Avec notre vie effrénée, les combats à mener pour Alberto et même ceux pour l’aîné, l’agenda morcelé en 38 parties, facile de s’oublier et de fermer le couvercle sur la marmite qui risque d’exploser à tout moment. La semaine dernière, lors d’un rendez-vous avec notre travailleuse sociale, elle a utilisé un mot qui parle beaucoup : l’usure. Avoir un enfant différent, dans le jargon des spécialistes, c’est avoir un enfant « high maintenance ». Et on s’est fait dire souvent que le coco avait un système de pensée très sophistiqué. Bref, papa et maman sont usés et comme nous avons le sens du devoir bien puissant, on donne notre maximum dans presque toutes les sphères de nos vies, à en oublier nos propres besoins et sentiments. L’oubli est parfois bien pratique, ça anesthésie ce qui fait trop mal…

Quelle paix m’a envahie dès les premières pages de La chaise rouge devant le fleuve! Juste d’accueillir m’a fait un bien énorme! Presque toutes les pages contiennent des phrases qui soulagent l’âme écorchée…

« Je ne laisse plus aucune épreuve me faire oublier que les fleurs poussent. »

« J’apprends à cueillir la réalité. »

« Qu’est-ce qui importe vraiment à ce moment-ci de ma vie? »

« Parfois, ce sont nos enfants qui nous remettent dans le droit chemin. »

« Danser avec la vie, c’est, entre autres, accueillir que nous sommes exactement là où nous devons être. »

Et du même coup, je réalise qu’en accueillant davantage ce qui monte, je suis davantage à l’écoute de mon coco, de ses propres émotions, car de toutes petites choses du quotidien peuvent lui apporter une grande bouffée d’angoisse.

À plus tard, je retourne sur ma chaise rouge.

PARTAGER
Article précédentMon enfant différent
Article suivantBanque d’étudiant(e)s pour du répit-gardiennage
Amoureuse des mots depuis plus de quatre décennies, mon parcours professionnel est teinté d'une grande soif d'apprendre, de démystifier, d’écrire et de dire. Tout d'abord sexologue, j'ai décidé de poursuivre ma formation pour vivre une deuxième passion : l'enseignement. Maintenant enseignante au secondaire en ÉCR et en éducation à la sexualité, je travaille dans une école en milieu défavorisé depuis presque 15 ans. J'ai la chance de côtoyer une équipe inspirante et dévouée auprès d’adolescents qui ont des besoins qui dépassent bien souvent l'académique. Il y a quelques années, j'ai fondé une petite entreprise spécialisée en réseaux sociaux et en rédaction avec une collègue et amie. Mon quotidien n'est pas routinier... ni très reposant! La nature m'a dotée d'une bonne dose d'énergie, tant mieux! Mon équilibre, je le trouve à la maison, où j'ai la chance d'aimer un mari et deux garçons. Nos deux grands colosses ont des besoins particuliers et ne sont pas "qu'un paquet de troubles". Mon plus grand souhait est que mes garçons puissent se réaliser, en sachant que leur unicité a une valeur inestimable. Aujourd’hui plus que jamais, je sais que ma formation académique et mes expériences professionnelles m'aident à être une meilleure maman. Toutefois, mes enfants me donnent bien des enseignements, ça me motive à être une meilleure prof auprès de tous ces enfants différents, maintenant intégrés dans les classes dites régulières. Et c'est en leur compagnie que je poursuis ma route, guidée par la volonté de démystifier et de donner une chance à tous!