Tourne, tourne la vie…

0
307

Le Spinner est là… Tout a commencé par quelques articles américains sur mon profil Facebook qui mentionnaient une nouvelle mode venue du monde des autistes et des hyperactifs : le Spinner. Tiens donc… C’est quoi cette bête-là? En fait, c’est juste une toupie moderne.

Petit à petit, je les vois apparaître dans mes classes et dans la rue. Et puis un jour, mon fils en gagne un à la fête foraine. Mon mari, en homme rationnel, lui conseille d’autres lots que ce truc qui ne sert à rien, mais non, mon fils a craqué sur le rouge et n’en démord pas…

Dès qu’il l’essaye, il est fasciné et pour une fois, on quitte la fête sans crise. Je me dis : « Si ça se trouve, ça a vraiment un coté apaisant. » Je ne crois plus aux miracles depuis longtemps avec les crises de mon fils, mais une en moins, c’est toujours ça de pris.

Le lendemain, l’objet de sa fascination est oublié sur la table du salon et nous partons à l’école. L’effet Spinner est passé et mon fils passe déjà à autre chose comme toujours.

Sauf qu’en chemin, il rencontre deux ados en train de faire tourner leur toupie moderne. « Maman regarde, ils font comme moi! » Pour la première fois, il a l’impression de partager quelque chose avec les autres, de ne pas être différent et ce sentiment le grise. « Je suis comme eux maman, c’est génial! »

Le soir, il insiste pour le prendre à l’école le lendemain, mais je résiste encore. La peur du vol, de la crise ou du jugement… On se dispute. Il veut tant faire partie des « autres ». Pour une fois, il comprend les règles du jeu et il en est obsédé.

Il découvre qu’il y a des figures à apprendre et il s’entraîne devant des vidéos sur Youtube avec moi. J’aime ces petits moments où on partage une activité et je décide donc de m’acheter le mien, pour lui apprendre à le tenir en équilibre sur son pouce et autres jongleries de cirque. On s’amuse bien, mais l’effet apaisant a disparu, cela devient une obsession qui le rend excité et passionné.

Puis vient le grand jour. Il rentre à la garderie avec son Spinner et devant tous ses copains, il le fait tenir sur son pouce. Le triomphe absolu. Ses yeux brillent devant leur admiration et je cède pour qu’il l’ait en récréation. Il est heureux, surexcité et… Une heure après, il se le fait confisquer…

Il finira par le récupérer de son instit, exaspérée par cette mode qui a contaminé tous ses élèves en une journée et dont il fait partie enfin, à son grand bonheur…

Bref, le Spinner n’a pas fini de tourner…

PARTAGER
Article précédentÀ bon entendeur…
Article suivantCase zéro
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.