Prends ta pellule!

0
480

J’étais (je dis bien « j’étais ») une de ces mamans qui juge les autres parents, tsé ceux qui donnent des pellules à leurs kids. Ohhh que oui, je te jugeais, toé chose, parce que tu droguais ton enfant à grand coup de Ritalin! OOOh que j’en ai porté des jugements. Grave à part ça. J’te disais : « Ouvre la porte et garroche-le dehors, ton p’tit énervé. Il va se brûler un peu et slaquer ta patience. Si tu as besoin de vacances, investis sur Cayo Coco, tu vas voir, à ton retour, tu vas être plus tolérant! »

C’est pour ça que j’étais en beau maudit, un mercredi après-midi, quand Mooonsieur le jeune docteur fraîchement diplômé a évoqué l’infime petite option d’un TDAH pour mon fils-si-parfait. J’vous l’jure, j’étais tellement enragée quand je suis sortie de là avec mes formulaires en mains…

Mon chum a tenté de me calmer. Faut dire qu’il le connaît bien le docteur Doogie, parce qu’il lui a enseigné dans ses premières années. Pis ça d’l’air qu’il en avait pas pire en-dedans, lui aussi, à l’époque du secondaire. Et ça d’l’air, il a été drogué par ses parents, le p’tit docteur. Et ça lui aurait tellement fait du bien qu’il aurait réussi sa médecine. Tiens, tiens, tiens…

Alors j’ai ouvert ma bible, Google et j’ai fait des recherches. J’ai lu, j’ai vu, pis j’ai analysé mon petit être parfait. J’ai commencé à m’ouvrir les yeux et j’ai commencé à voir certaines similitudes. J’ai parlé avec les parents indignes que je jugeais et j’ai commencé à comprendre qu’ils n’étaient pas de siiiii mauvais parents. C’est drôle, mais pendant que j’analysais fiston pis que je voyais toutes sortes de diagnostics passer sur Google, je réalisais que le TDAH était (beaucoup trop) probable, mais qu’il y avait autre chose…

Bébé, quand il se mettait à respirer comme un tata, en retenant sa respiration. Quand il clignait des yeux à l’infini et que les gouttes d’allergie ne faisaient rien pour l’aider… Quand il chantonnait du matin au soir. Quand il pétait des coches magistrales 15 fois par jour et que supposément, il ne se souvenait pas de nous avoir frappés. Quand il faisait des grimaces jusqu’à s’en décrocher la mâchoire… Quand sa prof le punissait parce qu’il répétait toujours le même mot malgré qu’elle ait demandé le silence. Quand il poussait des HA! sans raison… Quand il disait avoir mal au cou et qu’on lui disait d’arrêter d’envoyer sa tête par en arrière… Quand il se raclait la gorge ou qu’il faisait des mouvements répétitifs à l’infini!

Oh shit. Mon enfant est atypique. Mon enfant n’est pas pareil à celui du voisin. Mon enfant a un syndrome de Gilles de la Tourette.

Mais je n’étais toujours pas fan des tranquillisants! J’ai cherché des moyens naturels et doux pour l’aider. Mais j’aurais pu l’envoyer jouer dehors pendant 1000 ans, ce n’est pas un massage à la lavande qui aurait réussi à lui calmer le pompon. Pis son volcan, comme il me le disait si bien dans son langage de ti-minou de 5 ans, ben il était toujours sur le bord d’exploser.

Un jour, il m’a fait un dessin. Et c’était écrit de sa main maladroite « personne m’aime ».

C’est là que j’ai compris que les Oméga-3 et les huiles essentielles n’arrangeraient rien pantoute. Que j’aurais beau l’immobiliser ben serré dans du Saran Wrap, son corps continuerait à avoir des spasmes. Que ses petits doigts feraient encore des mouvements répétitifs, que de sa bouche, sortiraient toujours des sons venus de nulle part. J’ai compris que malgré toute sa bonne volonté, il n’arrêterait jamais de « gosser » les gens autour de lui. Et ça, ça lui faisait de la peine. Parce que son ti-nami, dans la classe, il lui répète 100 fois par jour d’arrêter de r’niffler. Mais mon ti-menou, il veut ben, mais yé pas capable! Alors le ti-nami, ben il est tanné de l’endurer dans la classe, alors il ne veut plus jouer au ballon avec mon menou qui se retrouve tout seul…

Et ça, ça me brise le cœur.

Hyperactivité oui, mais c’était plus que ça.

Faque j’ai écouté docteur Doogie, on lui a fait rencontrer des spécialistes, le diagnostic a été confirmé et j’ai fait prendre sa première pellule à mon gars.

Et honnêtement, ce fut un soulagement. Oui, oui! Je le dis sincèrement, j’étais heureuse qu’on me confirme la chose. Parce qu’enfin, on allait avoir le bon coffre à outils pour aider fiston. On allait changer nos manières d’intervenir avec lui, on allait enfin pouvoir s’ajuster pour le faire évoluer. Et surtout, il allait enfin ne plus se sentir comme le petit mouton noir.

Ça a pris du temps et une saprée grosse montagne de patience et je ne peux pas dire que c’est 100% parfait. Mais on est sur la bonne voie. On a trouvé une pas pire molécule, on a rencontré des psyco-ci et des psycho-ça, et surtout une psycho-ed qui a changé notre vie, un p’tit outil à la fois.

Mon fils a compris qu’en lui, il y avait un petit lutin : Gilles. Qu’il serait là toute sa vie et qu’il devait apprendre à vivre avec et à le contrôler.

Nous aussi, on a compris. On a réalisé que parfois, Gilles prenait toute la place dans le corps de notre enfant. Maintenant on n’essaie plus de contrôler fiston, on travaille avec lui, à contrôler Gilles.

Docteur Doogie, le jour où tu as évoqué que mon fils si parfait avait peut-être un TDAH, je t’aurais sauté dans face. Aujourd’hui, je peux dire que tu as non seulement sauvé l’estime de mon p’tit bonhomme, mais tu as changé sa vie… pour le mieux.

PARTAGER
Article précédentÀ toi, qui viens d’apprendre que le p’tit est pas « normal »
Article suivantJe fais le serment…
On dit toujours qu’il vaut mieux en rire que d’en pleurer… Maman de 2, une guidoune préado depuis la naissance et un fafouin TDAH +++ et son ombre, Gille de la Tourette. Graphiste et illustratrice, travailleuse autonome, mère, épouse, sœur, amie fidèle, garde-malade, cuisinière, enseignante, femme de ménage, organisatrice d’événements, arbitre, coiffeuse, éboueur, nutritionniste, chauffeuse de taxi, peintre, coach, costumière, gestionnaire de tout, habilleuse, psychologue, responsable de la programmation, spécialiste du langage, technicienne informatique, photographe, experte en relations humaines, lifeguard, médiatrice, massothérapeute, pâtissière, musicienne et maître en arts plastiques. Je raconte tout ça, dans mes mots, mes illustrations, et ce… sans filtres!