Une pause, ce n’est pas un luxe!

0
344

Collaboratrice : Sabrina Guilbault

Qui a dit qu’une pause était maintenant un luxe? Qui, humainement est capable de travailler 18 heures par jour, 365 jours par année? Je n’en serais jamais capable, pas plus que chacun de vous! Alors, pourquoi ne pas vous autoriser des pauses dans la journée, même en présence de votre enfant?

Je connais une famille dont le garçon de 10 ans autiste avec quatre autres troubles connexes dont le syndrome Gilles de la Tourette et  le trouble d’opposition avec provocation. Cet enfant avait besoin de surveillance constante et demandait toute notre attention. Il devait y avoir une personne en tout temps en train de jouer avec lui, sinon, il avait un comportement inadéquat tel que de crier, de dire  »maman » 100 fois en une minutes, de nous lancer des objets ou  encore de nous donner des coups. Tout comme beaucoup d’autres enfants qui ont les mêmes difficultés, les délais, les refus et les changements étaient sources d’anxiété et de crises. Les parents, les frères et sœurs en étaient souvent blessés physiquement. Qui ne lui aurait pas donné son attention totale pour éviter les crises et le risque que quelqu’un soit blessé? Personne! Il est humain de vouloir éviter l’anxiété et les crises à son enfant en plus du fait que quelqu’un pourrait en être blessé.

Quand je suis arrivée dans la famille, tous et toutes étaient épuisés! Avec le travail, les routines, la préparation des repas, le ménage, le lavage, les devoirs des enfants, l’épicerie, les commissions, les rendez-vous avec les spécialistes, l’école qui appelait à toutes les semaines en leur disant que leur fils était en crise et de venir le chercher et le fait que leur enfant demandait une attention constante, ils ne savaient plus où donner de la tête. Je leur offrais trois heures de répit par semaine, mais comment pouvaient-ils faire tout ce qu’il y avait à faire pendant ce temps? Impossible! Et c’était la course folle! Rendu là, on n’appelle pas ça du répit! Et je sais que c’est la situation de beaucoup d’entres vous.

C’est pourquoi, un jour, je leur ai demandé s’ils aimeraient cela que leur enfant s’occupe tout seul afin qu’ils puissent prendre des pauses dans la journée! Vous pouvez imaginer leur réaction, car c’est sûrement la vôtre présentement en lisant ces phrases. Ils ont tellement ri et m’ont dit que ce n’était pas un choix,  qu’ils ne pouvaient pas prendre de pauses en tant que parents d’un enfant qui a des besoins particuliers comme leur fils. J’imaginais bien qu’ils ne pouvaient pas se voir prendre des pauses dans leur situation actuelle. Mais je leur ai dit que cela serait possible, un jour, si nous commencions par le début, car l’enfant n’acceptait aucun délai.

Voici les étapes qui ont été appliquées :

Pour prendre une pause en compagnie de votre enfant,

  • Vous devez l’avertir d’avance pour commencer

Par exemple, vous pouvez lui dire que maman ou papa a besoin de prendre une pause dans 5, 10 ou 15 minutes. Bref, prévenez d’avance votre enfant que vous ne serez pas à côté de lui. Et quand vient le moment de prendre une pause, ne commencez pas par une pause de 5 minutes si votre enfant ne peut attendre. Non, commencez avec une pause de 2, 5 ou 10 secondes où vous sortez de son champs de vision.

  • Donnez-lui un choix de jeux en lui mentionnant que pendant votre pause, il pourra jouer aux légos ou dessiner par exemple

Tolérer un choix qui vient de votre enfant si cela vous paraît convenable.

  • Mettez-lui le time timer ou une minuterie afin que votre enfant se repère dans le temps.
  • Quand le moment arrive, présentez-lui ces choix et sortez de son champs de vision pendant dans 2 secondes par exemple.
  • Allez-vous asseoir sur le divan, allez prendre une pause dans la salle de bain en fermant la porte, allez dans votre chambre pour respirer un bon coup sur le bord de votre lit, bref, faites quelque chose pour vous ne serait-ce que pendant ce 2 secondes pour commencer. Le 2 secondes commence quand vous êtes assis à quelque part. On s’éloigne, on s’assoit, on compte 1-2 dans notre tête et on revient!
  • Vous devez respecter le temps que vous avez dit à votre enfant. C’est une question de confiance pour les prochaines fois.
  • Lorsque vous revenez à lui après quelques secondes, félicitez-le d’avoir attendu pendant ce temps et de vous avoir laissé prendre votre pause. Et mettez-en autant qu’il le faut. Faites la fête! C’est un grand pas!
  • Répétez les pauses une ou plusieurs fois par jour afin d’habituer votre enfant.
  • Et de jour en jour, étirez ces pauses de quelques secondes et au bout d’un certain temps vous pourrez prendre des minutes de pause pour prendre un café par exemple. Qui d’entre vous oserait penser que de prendre un café calmement serait possible pendant que votre enfant est autour?

Cela a l’air simple comme technique mais au départ, il serait surprenant que votre enfant ne réagisse pas. Il a l’habitude d’avoir toute votre attention, alors pourquoi il ne l’aurait plus. Si votre enfant vous suit ou vient vous voir pendant votre pause, dites-lui que vous devrez reprendre cette pause quand il sera à son jeu à nouveau et idéalement pas dans la même pièce que vous. On garde un œil sur eux de loin, mais on prend une pause. Normalement, les enfants comprennent que c’est plus rapide de vous laisser la prendre au bout de 2 à 3 fois.

Avec ce petit garçon, on a commencé à lui donner un choix de jeux dans sa chambre et nous sortions de celle-ci pendant 2 secondes au début en s’assoyant à la table de la cuisine à coté de sa chambre. Maintenant, les parents peuvent prendre une pause d’une heure. Et ce deux fois par jour minimum! Wow! On n’aurait jamais pensé.

Cette histoire est véritable et elle pourrait être également la vôtre si vous décidiez d’entreprendre cette démarche.

De plus, en prenant des pauses et en leur disant que vous en avez besoin, vous développerez leur sens de l’empathie qui est souvent une grande difficulté. Mais quoi de plus normal pour eux que de ne pas penser que nous aussi nous avons des besoins si nous ne leur montrons pas?

Vos enfants ont besoin de vous, c’est certain! Mais ils ont besoin que vous soyez en forme! Vous devez faire attention à vous pour être d’attaque lorsque l’anxiété augmente et que les crises se présentent. Alors gâtez-vous avec ces petites pauses! Elles ne vous coûteront rien et vous pourrez le faire aussi souvent que vous en avez besoin une fois que votre enfant y sera habitué.

Bonne pause!

Sabrina Guilbault, Éducatrice spécialisée et thérapeute Qigong

Suivez-moi sur Facebook 

 

PARTAGER
Article précédentMaman tout court
Article suivantLes changements
Vous êtes le parent d'un enfant différent? Vous travaillez auprès d'une clientèle à besoins particuliers? Vous vivez vous-même avec une différence? Vous aimez écrire et souhaiteriez partager votre expérience pour sensibiliser les gens? Faites partie de l'équipe des Collabos! Cliquez sur l'onglet À propos pour nous envoyer votre texte.