Parce que ça va bien…

0
112

C’est vrai, je n’écris plus beaucoup. Voyez-vous, il y a eu un moment où je n’osais plus parce que je me sentais tellement négative, tout le temps. Et puis, j’avais l’impression de me répéter sans fin, de tourner en rond, d’être radoteuse, chialeuse, de taper sur le gros nerf de tous (moi y compris).

Mais voilà que je me retrouve sur une toute autre chaise. Avec une toute autre perspective. Parce que là là, maintenant, ça va bien. L’intégration dans la nouvelle école avec le transport et tout ce qui venait avec cette grosse décision est faite et ma foi, Fiston nous étonne pas mal tous.

Bon, il nous a débuté ça avec tambour et trompette en nous faisant deux «fugues» de l’école en moins de 3 semaines, mais depuis ces tests pour voir comment chacun réagirait (papa, maman, école…), c’est la belle vie. Avec lui! Faut pas oublier qu’il y a un ado moustache molle et hormones inclues dans la maison, hein?!

J’avoue que je me pince presque quotidiennement. Je me suis fait dire que Fiston était pas mal le plus calme de la classe, le plus smooth… Woah!!! Sérieusement!!! On parle bien de MON Fiston?!? Et honnêtement, son agenda m’envoie le reflet de ces commentaires faits par la professeure et la TES. Il reçoit tous ses points pour chaque période 99% du temps! Et ces mêmes commentaires ont aussi été faits à la psychoéducatrice. On me dit qu’il est pris en exemple! Que sa professeure le considère comme sa petite réussite et se retient de trop en faire car elle le féliciterait continuellement! Comprenez qu’après avoir vécu les six dernières années scolaires infernales avec Fiston, de la maternelle jusqu’à la fin de sa 5ième année, de me faire parler ainsi, d’entendre ces mots sortir de la bouche du professeur… juste d’y penser, j’en ai de nouveaux les larmes aux yeux!

Alors voilà que je me retrouve à hésiter d’écrire parce que… ça va bien! J’ai peur d’avoir l’air de me donner des tapes dans le dos! D’avoir l’air de me vanter! Bon, ok, peut-être un peu… mais seulement parce que ça a été un tel enfer pendant tellement longtemps, que de pouvoir dire « pour une fois, c’est notre tour » ça fait un bien fou… mais sérieusement, j’ai peur que ma joie, ce bonheur peut-être éphémère, ne fasse ch**r ceux et celles pour qui la vague est creuse en ce moment; qui vivent ce désespoir des temps sombres où un grain de poussière déclenche une tempête de sable, une pluie de gravillons… et je me retiens de partager mon petit bonheur.

Mais en même temps, je sais que dans mes temps sombres, lire que d’autres aussi vivaient des moments durs brisait mon isolement, mais lire que d’autres vivaient du beau me donnait espoir.

Alors j’ai choisi de vous partager ce moment de beau, de doux, de calme. Pour que dans ces temps sombres, vous puissiez me lire et savoir qu’un jour, ce sera aussi votre tour. Peut-être pas demain ni la semaine prochaine. Mais ça viendra. D’une façon ou d’une autre. Il y aura aussi du beau et du doux pour vous.

PARTAGER
Article précédentMa famille dysfonctionnelle
Article suivantAutisme, tu ne me fais plus peur
Éducatrice à la petite enfance depuis une vingtaine d’année, adepte de l’entrainement en force pour ne pas perdre complètement la tête, Nancy Ringuet, très possiblement TDAH, est maman de deux garçons à diagnostics : un grand TDA sévère et un plus jeune SGT, TDAH impulsivité mixte et TOP. C’est un long combat qui aura mené aux diagnostics du plus jeune, et un long combat qui s’engage pour faire reconnaître ses besoins. Passionnée de recherches et assoiffée d’en apprendre plus, elle fouille le net sous toutes ses coutures. Elle partagera ici des textes et réflexions sur ce vécu différent de mère chef de famille, avec un conjoint dont le travail l’amène à être absent.