Nuisible

0
2691

Quand on est une maman différente, on apprend beaucoup de choses, mais la plus dure de toutes est d’apprendre à faire confiance…

On doit confier la prunelle de nos yeux, la chair de notre chair à des pros et les laisser passer du temps avec notre trésor. On leur confie nos joies, nos peines et ils font partie de nos vies. Comme les tatas et les tontons, on parle de madame Emilie, de madame Carole dans les conversations familiales et nos enfants s’y attachent.

Jusqu’au jour où…

Ce jour là, l’une d’elles, la première des pros à qui j’ai fait confiance, à qui j’avais confié mes plus grosses difficultés, à savoir les automutilations de mon fils en cas de crises d’angoisse, a décidé que j’étais nuisible pour mon enfant et a porté plainte contre moi à la police, pour danger imminent contre la santé mentale de mon fils, voire sa vie…

Nuisible… Ce mot est gravé dans mon cœur comme un poignard dans le dos.

Nuisible… Comment peut-on penser cela de moi? Comment peut-on penser que je veuille faire souffrir l’être le plus précieux de ma vie, à qui j’ai consacré chaque seconde, chaque pensée et chaque centime?

Nuisible… Je veux rendre mon enfant malade, je veux vivre à travers sa maladie, je n’accepte pas le non-diagnostic et je le torture mentalement pour qu’il devienne autiste, je refuse la vérité que mon fils n’a rien et je risque de me suicider en entrainant ma famille si on ne met pas mon enfant en sécurité loin de moi. Ce sont ses mots à elle, que la police m’a assénés, sans pitié, comme autant coups de poignard.

Si vous croyez qu’on ne peut pas mourir en étant vivante , alors vous ne savez pas ce que représente un viol mental, qui détruit chaque parcelle de votre humanité, au fur et à mesure des questions de la police qui vous traite comme une criminelle…

Nuisible… C’est elle qui le fut pour ma famille. Chacun est traumatisé, à sa façon.

Moi, je souffre de stress post-traumatique sévère. La seule notion de la police ou de la plainte me met dans un état d’angoisse terrible. Je suis incapable de m’approcher des lieux du crime, le centre de santé mentale et le commissariat, sans trembler de tous mes membres et de ressentir une terreur sans nom.

Je suis incapable, pour le moment, de porter plainte pour diffamation comme le désire mon mari, tant la terreur me prend, alors que lui, qui s’est senti tellement impuissant face à ma souffrance, voudrait l’empêcher de nuire pour toujours. Lui qui s’exprime si peu, m’a montré toute son inquiétude, sa peur de me perdre sous les coups de cette femme sans vergogne qui a cru avoir toutes les réponses. L’enfer est pavé de bonnes intentions, mais d’un orgueil démesuré qui accuse les mères de tous les maux.

Mon fils hurle toutes les nuits, dans ses cauchemars, que sa maman a disparu. Il pleure après elle, car il ne comprend pas qu’elle ait pu le trahir, lui qui a mis un an à lui faire confiance, petit être si fragile qu’elle a failli détruire à tout jamais en le séparant de nous et de sa vie… Ce mal là, je ne lui pardonnerai jamais.

Ma famille se reconstruit petit à petit depuis que l’enquête de police n’a relevé aucun manquement parental et que les services sociaux ont clôturé le dossier. Mais on ne méritait pas cela… Chacun dans notre entourage, sous le choc aussi, nous a soutenu et aidé à sa façon et on ne pourra jamais assez les remercier.

Mais la leçon que nous avons dû retenir à la dure c’est que…

La confiance peut être… nuisible!

PARTAGER
Article précédentAh, les Parfaits…
Article suivantPetite Elie, mon ange
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.