Une nouvelle rencontre, une nouvelle réalité

0
147

Dans le tourbillon d’une séparation, principalement avec des enfants différents, nous devons voir les choses comme eux. Avec leurs yeux, leurs perceptions, leurs conceptions. Nous devons mettre nos sentiments en suspend afin d’être à l’écoute de leurs besoins. Avoir des enfants différents, c’est le faire fois 10! Tenter de faire comprendre à un petit garçon (dysphasique) qui n’a pas de conception spatiale ce qu’est la garde partagée. Faire comprendre à une ado (TDAH sévère, opposition et anxiété) que sa réalité va changer.

Avoir deux enfants de deux pères différents, même en ayant été plus de 12 ans avec le dernier papa, c’est un turn-off pour bien des gens. Les jugements sont faciles.

Une question demeure : pouvons-nous refaire notre vie avec un nouveau conjoint? Celui qui acceptera la différence, les absences, les rendez-vous manqués? Les appels de l’école, de l’orthophoniste, de la direction… Ce quotidien qu’est devenu le nôtre au fil des années. Cette réalité qu’est notre vie et celle que nous avons acceptée après des années de travail sur nous-mêmes? Après plus de 12 ans de vie commune, je pensais être célibataire pendant plusieurs années. Désabusée de l’amour, des promesses, des combats, des compromis… Je voulais être seule avec mes enfants. Prendre soin de moi et d’eux, me reconstruire tranquillement. Entendre le silence au lieu des chicanes. Briser cette tension à couper au couteau. Ne plus entendre une porte claquer… Mais la vie n’est pas un fleuve tranquille (ce que je savais déjà!), parfois, elle décide pour nous…

Une rencontre qu’y s’avère anodine. Mais une connexion inattendue, qui me rend encore perplexe. Qui ne cherche pas trouve! Je voulais être seule et cette personne est arrivée dans ma vie comme un éclair. Nous ne pouvions plus comptabiliser nos points communs si nombreux. Je fonds devant le regard qu’il a envers moi. Je pensais que je n’étais qu’une mère! Je goûte au bonheur d’être également une femme! Que penser de cette personne qui ne connait les problématiques? Qui ne connait les enjeux, les obstacles? Qui n’a pas d’enfants, encore moins ceux qui requièrent des besoins particuliers? Pourra-t-il s’intégrer dans cette dynamique? Bon, je dois descendre de mon nuage et penser avant tout à mes enfants, c’est normal après tout. Comme dans toute nouvelle relation impliquant des enfants, nous prenons notre temps afin de ne pas perturber leur quotidien. Sauf lorsque qu’on est la mère de ma fille… Je vous explique.

Elle n’a jamais vu cette nouvelle relation. Je n’en ai jamais parlé, sachant qu’elle n’était pas prête. Je le vois qu’en son absence. Bref, je prends toutes les précautions possibles afin de ne pas la perturber, surtout au début de l’adolescence. Petit oubli de ma part, vient avec son TDAH sévère, un QI exceptionnel, qui malheureusement, est utilisé à mauvais escient en ce moment… Donc ma magnifique fille réussit, je ne sais pas encore comment, à trafiquer mon cellulaire (qui a un code de cinq chiffres que je change aux deux semaines). Voilà pour elle la caverne d’Alibaba : mes textos!!! À raison d’une cinquantaine par jour, multipliée par trois semaines, elle a de la lecture pour la nuit! Attendez, ce n’est pas fini… Tant qu’à avoir accès aux informations de maman, pourquoi ne pas en profiter pour lui écrire un petit mot d’insultes! Plus encore, un petit coup d’œil dans mon répertoire d’amis Facebook, d’un coup qu’elle pourrait lui écrire également via les médias sociaux. Comble de malheur, elle ne connaît que son prénom, qui est le même qu’un collègue de travail. Pauvre lui… erreur sur la personne!

Sachez qu’il n’y a aucune déformation ou exagération dans ce texte, bien malgré moi! Le monsieur est encore dans ma vie. Nous sommes loin d’un souper de rencontre des enfants, mais il est extrêmement compréhensif et mon cellulaire dort maintenant en-dessous de mon oreiller!

PARTAGER
Article précédentC’est la différence qui fait de nous des êtres uniques!
Article suivantLettre à la future enseignante de mon fils
Passionnée de communication et d'écriture, le journalisme était ma vocation. Une merveilleuse personne s'est dressée sur mon chemin; ma fille, puis mon fils, 5 ans plus tard. Tous deux TDAH sévère, le benjamin étant aussi dysphasique. J'ai décidé de ne pas laisser les autres décider pour moi. Je me bats depuis 3 ans avec ce groupe né d'une impulsion; ''Plus de services au Québec pour nos enfants différents''. Je tiens à partager avec vous ces moments merveilleux, mais aussi les plus sombres, afin que vous sachiez que vous n'êtes pas seule(s).