Ces mamans qui croient tout savoir

0
437

Peut-on être maman d’un enfant différent et être une connasse?

Voilà une question un peu choquante, mais qui a surgi en moi face à une discussion dans un groupe de mamans différentes. Ces groupes qui devraient servir de soupape, d’entraide et de soutien sont parfois de vrais nids de vipères.

Cette femme, par exemple, qui a un enfant si fragile et si violent devrait comprendre comment on ne contrôle rien certains jours… Et pourtant, elle s’est permise de dire à une maman à propos des mises en danger : « Ah! mais ça c’est parce que tu lui mets pas de limites! L’hyperactivité, c’est juste parce qu’il s’ennuie, mais avec une bonne claque, il n’osera plus s’enfuir, crois moi!!! »

En lisant le commentaire, mon premier réflexe fut de me dire : « Encore quelqu’un qui ne comprend pas! »

Mais pourtant, elle devrait comprendre, non? Elle le vit avec son fils, ces moments d’impuissance où aucune règle ne vaut plus car les émotions ou les crises prennent le dessus? Alors pourquoi se permet-elle de juger?

Je vais vous dire : la différence ne vaccine pas contre l’ignorance.

Même si son fils est différent, il n’est pas le mien donc elle se permet de parler de ce qu’elle ne connait pas parce qu’elle a le sentiment qu’avoir un enfant différent légitimise son jugement. Le fameux « moi je sais », sauf que tu ne sais rien.

Si ton enfant est verbal, tu ne sais pas ce que c’est d’avoir un enfant qui ne sait pas dire ce qu’il ressent. Si ton enfant est non verbal, tu ne sais pas comme les mots peuvent être des prisons parfois pour mon enfant.

Si ton enfant est autiste et joue seul dans son coin, tu ne sais pas ce que c’est d’avoir un enfant hyperactif qui ne te laisse pas une seconde de répit. Si ton enfant est hyperactif et que tu aimerais souffler, ne crois pas que ne jamais croiser le regard de son enfant soit plus facile à vivre.

Si ton enfant est haut potentiel et s’épuise dans les interrogations, tu ne sais pas ce que c’est d’avoir un enfant qui n’a même pas conscience de lui-même, et si ton enfant lutte pour apprendre, tu ne sais pas ce que c’est d’avoir un enfant dont le cerveau peut exploser de trop apprendre.

Et si ton enfant mélange un peu de tout cela, ce mélange le rend unique.

Car même si ton enfant est comme le mien, il n’est pas le mien. Juger que ta vie est un modèle qui s’applique à la vie des autres fait de toi une connasse…

Si tu ne veux pas être une connasse, choisis la seule maxime socratique qui peut s’appliquer dans le monde des atypiques : « La seule chose que je sais, c’est que je ne sais rien! »

Cela te montrera le chemin de l’écoute et de la bienveillance dont toutes les mamans ont besoin, sans exception, enfant différent ou pas. L’amour est toujours la seule réponse aux connasses!

PARTAGER
Article précédentPour que Simon puisse faire une différence une dernière fois…
Article suivantLettre à l’enseignante de mon enfant
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.