Ces lectures qui m’ont aidée

0
129

Si vous aviez l’occasion de rencontrer mon entourage proche ou de visiter ma maison, vous verriez que les livres et la lecture en générale occupent une grande partie de ma vie depuis longtemps. En fait, je fais partie de ces enfants qui savaient lire avant d’entrer en première année. À 10 ans, je lisais avidement Jeffrey Archer et Virginia C. Andrews. Mary Higgins Clark se joignit à leur rang bien rapidement. J’ai donc  toujours aimé lire. Autant pour me divertir, m’évader que pour apprendre. Les romans à saveur historiques comme Il y aura toujours des printemps en Amérique de Louis-Martin Tard  ou les romans moins sérieux comme ceux de Marc Levy auront fait et font partie de mon répertoire de lecture, comme bien d’autres.

Mais avec les dernières années, un autre type de lecture plus technique, plus informative s’est ajoutée. Les sites du CENOP, les livres tels que Quand le corps fait à sa tête de Julie Leclerc/Jacques Forget/Kieron P. Connor, Les enfants Volcans d’Arianne Leroux-Boudreault/Nathalie Poirier, et Laisse-moi t’expliquer le Syndrome de Gilles de la Tourette de Dominique Vézina sont devenus mes livres de chevet, mes livres de référence. Car pour survivre à la tempête, j’avais besoin de savoir. J’avais un besoin viscéral de comprendre mon enfant et ce qui se passait dans sa tête.  Mais aussi de pouvoir l’informer et informer ceux qui interviennent auprès de lui.

J’ai aussi découvert le site de la Tourette Association of America, et de l’Association Québécoise du Syndrome de Tourette. J’ai découvert des pages Facebook de soutien où j’ai pu lire, voir, constater que je ne suis pas seule. Je suis encore à l’affût de tout livre, texte ou document qui pourrait m’informer encore plus. J’ai besoin de comprendre. Besoin d’être préparée. Besoin de pouvoir aider mon enfant. Encore là, la lecture était ma bouée d’arrimage dans cet univers de bouleversements constants.

C’est pour les mêmes raisons  que je me suis aussi procurée des ouvrages traitant du TDAH, comme le Guide de Survie pour enfants vivant avec un TDAH d’Annick Vincent ou Fred : vivre avec le TDAH à l’Adolescence de Ariane Leroux-Boudreault pour pouvoir aussi aider mon Ado à mieux se comprendre, tout en ayant l’opportunité moi aussi de mieux l’aider dans ce parcours, dans ses difficultés, dans ses études.

J’ai aussi continué à lire par plaisir. Pour m’évader. De Harry Potter, en version originale anglaise, au Seigneur des Anneaux, en passant par le Hobbit (aussi en anglais), j’ai aussi revisité les univers de Marc Levy, Guillaume Musso, Bryan Perro, Alice Sebold. Autant de livres et d’auteurs qui m’auront permis, pendant un moment, chaque soir d’oublier. Car s’il était important pour moi de savoir, j’avais aussi souvent besoin d’être ailleurs après les crises intenses… Même si ce n’était que l’espace d’un bref instant, le temps de lire une page, un chapitre… Moment fugace si nécessaire pour survivre au quotidien.

Je voudrais pouvoir remercier ces auteurs, tous autant qu’ils sont, pour m’avoir permis d’apprendre ou d’oublier. Pour m’avoir permis de continuer, d’être en mesure d’informer, de conscientiser. Pour mes moments d’évasion où je pouvais oublier de pleurer, oublier la douleur, oublier la peur, calmer la rancœur… Toutes ces lectures m’auront permis de survivre à ces années de guerre, de batailles, de frustrations. Ces lectures qui m’ont sauvée…

PARTAGER
Article précédentJules
Article suivantPlanète F Magazine
Éducatrice à la petite enfance depuis une vingtaine d’année, adepte de l’entrainement en force pour ne pas perdre complètement la tête, Nancy Ringuet, très possiblement TDAH, est maman de deux garçons à diagnostics : un grand TDA sévère et un plus jeune SGT, TDAH impulsivité mixte et TOP. C’est un long combat qui aura mené aux diagnostics du plus jeune, et un long combat qui s’engage pour faire reconnaître ses besoins. Passionnée de recherches et assoiffée d’en apprendre plus, elle fouille le net sous toutes ses coutures. Elle partagera ici des textes et réflexions sur ce vécu différent de mère chef de famille, avec un conjoint dont le travail l’amène à être absent.