Le poids de l’autisme

0
267

Le 8 juin 2018 à 00:40 et je ne dors toujours pas!

Trop d’émotions me submergent! Je ne peux plus les refouler et faire comme si elles n’existaient pas!

Au bout d’une semaine de bataille acharnée pour l’avenir de ma Zouzoutte et de moult émotions, en passant par la rage et l’extase, ça y est le combat est fini…

J’ai obtenu, sur le papier, ce que je voulais pour la prochaine rentrée!!!

Les gens lambdas n’imaginent pas combien tout cela est éprouvant! Combien tous ces combats, hargneux et agressifs sont énergivores!

Combien l’anxiété, qui ne vous lâche pas d’une semelle, est éprouvante, malgré le masque de « bonne figure » que l’on arbore dans la famille ou même, pour ma part, avec mon époux…

Alors, ce soir, cette nuit, après avoir eu enfin des bonnes nouvelles concernant l’avenir de ma fille, je m’autorise pleinement à décompenser!

Et c’est d’autant plus facile que mon homme n’est pas présent puisqu’il travaille de nuit…

Alors ce soir, oui je m’autorise pleinement à ressentir le poids de l’autisme!

Le poids de l’autisme de ma fille et du mien!

Car être parent d’un enfant extra est loin d’être évident mais quand on est soi-même «extra», je vous laisse imaginer…

Donc, ce soir, alors que je n’ai que des bonnes nouvelles pour ma fille et que j’en suis heureuse, je ne fais que pleurer, je suis heureuse, mais ma manifestation se traduit en pleurs…

En pleurs de soulagement, de fatigue, de bonheur, de plénitude…

De tout cela à la fois…

C’est ça aussi, vivre avec l’autisme au quotidien!

Ressentir des sentiments de manière exacerbée!

Je ressens tout, le mauvais comme le bon, de manière intense, démesurée!

C’est soit j’adore, soit je déteste!

Pas de demi mesure dans l’expression de mes ressentis!

Donc ce soir, alors que la plupart se réjouirait sans retenue de ces bonnes nouvelles, moi, je m’effondre émotionnellement…

Ces jours d’efforts et de combats intenses ont eu raison de ma carapace, de mon armure!!!

Donc ce soir, alors que je suis seule, je m’autorise à laisser tomber le masque…

Casque sur les oreilles et musique…

Je m’autorise à me laisser aller…

Les larmes peuvent enfin couler à l’abri des regards…

Juste moi, ma musique et mes sentiments…

Et vous savez quoi?

Putain, que ça fait du bien de pouvoir être soi pleinement et de pouvoir ressentir et accueillir pleinement ses sentiments et ressentis…

Pour mieux rebondir par la suite et pouvoir continuer ce combat bleu pour ma fille, pour nous, les neuroatypiques!!!

PARTAGER
Article précédentLa ronde des élections
Article suivantCes gens qui nous laissent
Femme, épouse, maman, excentrique, optimiste, rêveuse, tatouée, trop franche, utopique, hypersensible mais aussi râleuse, casanière, solitaire, têtue, impulsive... Voici un tout petit aperçu d’une petite picarde aspie et de ma personnalité atypique et étonnante!!