L’année où je suis devenue un soldat

0
1396

2017, que pourrais-je en dire? Une année horrible, désastreuse, catastrophique…

2017. C’est l’année où je suis devenue un soldat!

J’ai toujours été une combattante, ma vie n’a jamais été simple, mais j’ai appris à parer les coups et serrer les dents en même temps que j’ai appris à marcher.

Adolescente, j’étais de tous les combats, la rebelle au grand cœur ne laissait tomber aucune bataille au nom de ses grands principes moraux.

Mais je n’étais pas un soldat.  Je n’étais qu’une jeune fille naïve biberonnée aux Disneys qui pensait qu’à la fin, les gentils gagnent et ça a bien failli me tuer.

J’ai lu dans un article que les mères d’enfant différent ont le même niveau de stress que les soldats en Afghanistan et qu’elles souffrent du même syndrome post-traumatique.

Et voilà exactement l’état dans lequel 2017 m’a mise. J’ai traversé l’enfer, j’ai cru perdre ma vie, à savoir mon enfant, au nom des ennemis, les psychanalystes de comptoir qui pensent tout savoir. J’ai perdu une bonne partie de ma famille et de mes amis au combat, il n’y avait aucun moyen de savoir si on allait gagner ou mourir, chaque coup de téléphone, chaque lettre, chaque rencontre pouvait être un piège des Talibans de la maternophobie

J’ai découvert la peur, la vraie, celle qui vous vrille les tripes, vous bousille le cerveau et vous pompe toute votre énergie, Une peur animale, instinctive qui réveille en vous des ressources insoupçonnées et vous découvrez alors l’horrible vérité : on survit à tout…

On survit à l’horreur, à la torture, à la fin de notre monde, à la destruction de notre monde, à la méchanceté et aux fins malheureuses… Rien ne change : on se lève le matin et on continue notre route. Même détruite, sans âme et sans force, la vie continue.

Une fois que cette vérité vous a éclaté à la figure et que vous savez que la vie n’est que survivre jusqu’à demain, chaque jour sans exception, vous êtes devenu un soldat. Le combat n’est plus avec l’espoir de vaincre les méchants en faisant partie des gentils, mais est l’essence même de ce que vous êtes. Perdre ou mourir n’a pas d’importance, la peur n’a pas d’importance, rien n’a d’importance et surtout pas vous…

Seul compte le combat!

2017 est l’année où je suis devenue un soldat qui va mourir au combat!

PARTAGER
Article précédent2017, une année à oublier
Article suivantJe m’y suis perdue
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.