La métamorphose

0
202

Ceux qui me connaissaient avant, c’est-à-dire avant l’autisme, ont beaucoup de mal à me reconnaître, mais surtout, à se faire aux changements.

Il faut dire « qu’avant », j’étais ce qu’on appelle une « bonne vivante », toujours prête à faire la fête, toujours disponible, toujours le téléphone pendu à l’oreille, une maison souvent remplie d’amis, mais ça c’était avant… Avant ce diagnostic qui nous est tombé dessus comme une prune, avant ce mot qui terrifie et fait fuir tout le monde, avant ces sept lettres qui transforment les gens en juges, avant l’autisme qui vous condamne à être montrée du doigt en permanence et qui vous oblige à vous justifier, sans arrêt, dans votre rôle de maman…

Pourtant, je suis restée la même dans le fond… J’ai toujours les mêmes principes, la même joie de vivre, le même désir d’échanger, mais je suis seulement plus méfiante, moins sereine, moins insouciante, moins disponible, plus fatiguée, bref je suis devenue une maman d’enfant différent…

Alors, pour le peu de contacts qu’il me reste de cette vie « d’avant », ces changements engendrent tout le temps des réflexions du genre : « la Céline d’avant me manque », « arrête de te prendre la tête », « tu peux lever le pied, regarde ton fils progresse »… Et même si ce n’est pas méchant, ça m’horripile car moi aussi, cette vie d’avant me manque!!!

Surtout quand arrive le week-end et que je n’ai rien de prévu, alors qu’avant, ça n’arrivait presque jamais. Que les samedis et dimanches sont différents des autres jours de la semaine car mon loulou ne va pas à l’école, que les vacances sont synonymes de solitude et d’oubli car l’école, la prise en charge et les activités extra-scolaires sont interrompues…

Alors, quand une personne de votre entourage se retrouve du jour au lendemain confrontée à la différence, au handicap, évitez de lui tenir de tels propos car déjà ça la blesse et que cette métamorphose est indépendante de notre volonté!!!

L’ancienne Céline n’est plus et finalement, même si elle me manque aussi, je dirais tant mieux car même si elle avait beaucoup « d’amis », elle était très mal entourée, ses soi-disant « amis », sans oublier la « famille », ont presque tous disparus du jour au lendemain…

Aujourd’hui, je me crée un nouvel entourage, bien plus vrai et surtout ouvert d’esprit. Quant à ceux qui restent, ils s’habituent tant bien que mal aux changements…

PARTAGER
Article précédentTim s’est noyé
Article suivantÀ toi, l’intervenante de mon enfant
Maman de six enfants dont le petit dernier est TSA. Fondatrice et présidente de l'association "Autismopolis, le monde de Melvinn et ses amis", partenaire de l'association "Bouger pour l'autisme", dont je suis la coordonnatrice de l'antenne 71. Je sensibilise aussi à l'autisme via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) Je suis aussi blogeuse et youtubeuse à mes heures perdues.