Investir dans soi

0
166

Je suis éducatrice. Je travaille 4 jours par semaine. Quand mes tempêtes étaient petites ça rimait avec congé-collé. Maintenant, ça veut dire du temps pour torcher, frotter et plier… mais avec moi-même en regardant  Buffy contre les vampires sur Netflix, en écoutant du Lara Fabian, Spice Girls ou Josh Groban, en m’habillant en mou parce qu’en plus, ma progéniture marche, faque j’ai pas de taxi à  faire et en faisant du karaoké comme bon me semble. Tout le long que ma gang était à la garderie, je les ai gardés pendant ma journée de congé et je me sentais bien avec ça. Ils sont rendu grands. J’en profite. Ils viennent dîner : sandwich, omelette, soupe Lipton… Je prends du temps pour mes affaires de matante sans être interrompue par leur chialage, leur « ouach maman » ou encore pour manger deux parts de dessert sans leur dire… gnan gnan gnan… Je pensais pas me sentir comme quand j’étais petite et que mes parents sortaient. Tsé un brin plus libre… un brin plus fou… hihi…

Revenons à mes moutons… J’aime par-dessus tout chanter. Pas fredonner… Pas imiter… Pas beugler… J’ai quand même un peu de talent. J’aime prendre des chansons, mettre ça fort sur youtube sur le cinéma maison et pousser la sérénade intensément. Je choisis les tounes qui me font brailler (Vole de Céline Dion), qui me donne du courage (Fight Song de Rachel Platten), qui me libère (Stone de Starmania)… et bien d’autres. C’est ma thérapie! C’est mon ventilage de la semaine… Et je me dis que j’en ai besoin. La vie va vite, les responsabilités sont lourdes et vu que je suis une maman intense et impliquée, je m’en rajoute en plus par mon implication dans plusieurs trucs. Bref, il me fallait un moment pour moi. J’ai été longue à le comprendre. Prendre soin de moi pour avoir l’énergie de prendre soin d’eux. C’est cave que ça m’ait pris autant de temps pour le comprendre. Finalement, c’est surtout dans l’état d’esprit. Si je popote dans l’idée de faire les collations de la semaine c’est une tâche, mais si je popote en mettant ma musique que j’aime, en prenant mon temps, ça devient un moment pour moi. Bref, me semble que même les tâches les plus ingrates de la maison (laver les toilettes… guuuuhhh) deviennent moins plates quand il y a de la musique que j’aime. C’est comme du « confort sound » au lieu de « confort food »…

Je me demandais ce que je pourrais bien raconter sur ma vie de maman un peu mélangée. Ben c’est ça… C’est un truc, c’est mon truc. Comment prendre le temps de juste respirer, prendre du temps pour soi, dans les petites choses de la vie, peut aider à mettre le cerveau sur « reset ». En s’entends-tu que je peux pas me permettre de me faire masser ou d’aller au spa chaque semaine? Prendre rendez-vous avez soi-même… lire un bon livre… prendre un bon bain… popoter des galettes de pain d’épice avec des emporte-pièces en étoile… hahaha… Le but, c’est de s’arrêter pour faire un truc qu’on aime pour nous et pas parce que c’est dans notre liste de responsabilités ou de trucs à faire sans culpabiliser. Le temps que j’investis sur moi, c’est clairement du vin en moins et mon foie m’en remercie… hihihi

Alors toi, la petite maman qui a un bébé tout neuf, qui dort pas, qui mange avec le petit din bras pasque c’est la seule place où y braille pas, avec ton chandail à moitié crotté de purée de bébé pis de Pablum… Oui toi qui te demandes encore quessé t’as pensé à faire des petits… Je te jure qu’un jour, tu vas le boire ton café chaud. Faut juste te dire que chaque chose arrive en son temps. Il y a des activités que j’aurais jamais imaginé pouvoir faire il y a 2 ans. Aujourd’hui, je suis à une étape et dans 2 ans, ce sera autre chose. Si j’ai réussi à passer à travers toutes les étapes jusqu’ici, c’est que je me suis permise ces petits plaisirs de temps à autre. Alors c’est ton tour de trouver ce qui te permet de ventiler, de respirer et de sentir que tu es toi… plus qu’une maman, plus qu’une éducatrice (ben c’est mon métier, mets le tien à la place), plus que la femme de Petit Mari… MOI, TOI… Sois bien dans tes bobettes avec toi-même et tu vas voir que ta tête va sortir de l’eau.

PARTAGER
Article précédentCes larmes me feront couler
Article suivantLe 10 du 10 : Journée nationale des DYS
Maman TDAH de trois tempêtes; Tornade 11 ans (TDAH avec impulsivité et trouble anxieux), Ouragan 9 ans (TDAH) et Tsunami 6 ans (trop jeune pour un diagnostic), je suis la douce moitié de mon petit mari (TDAH). À cela s'ajoute une grande sœur au pays des nuages que nous appelons affectueusement Coccinelle. Éducatrice en pouponnière ainsi qu'anciennement auteure de livre jeunesse, je me considère comme une sage dans l'art de la patience infinie...