Imposture

0
103

Depuis que je suis devenue mère, certaines questions reviennent sans cesse me hanter…

Serai-je capable d’élever convenablement mes enfants en misant sur des ressources que je ne possède pas au fond de moi? Est-ce que je réussirai à en faire de bonnes personnes en les poussant à devenir l’inverse de moi-même? Est-ce que je serai capable de briser le cercle de la maladie mentale et d’en faire des adultes heureux et épanouis alors que je suis moi-même brisée et remplie d’ombres?

À chaque fois qu’on me félicite pour les réussites de mes enfants ou que l’on vante mes qualités de mère, je ne peux m’empêcher de ressentir de la honte, je me dis que je suis une imposture, que je ne mérite pas ces compliments. Bien souvent, j’ai envie de répondre que je ne sais pas de qui mes progénitures tiennent toutes leurs fabuleuses qualités. Je ne me reconnais dans aucune d’entre-elles.

Comment mes enfants font-ils pour arriver à s’aimer tels qu’ils sont et croire en eux, alors que je manque cruellement de confiance en moi et que je doute de mes propres capacités?

Comment ma fille arrive-t-elle à s’affirmer et défendre ses opinions avec autant d’opiniâtreté et de convictions, à foncer dans la vie avec tant de volonté, alors que j’ai toujours cherché à plaire à tout prix, quitte à occulter ma personnalité et mes besoins pour me fondre dans la masse?

Comment mon fils, du haut de ses 8 ans, arrive-t-il à relativiser et à se pardonner ses erreurs, à croire en lui et à s’auto-féliciter, alors que j’ai toujours été si critique et dure envers moi-même?

Comment mes enfants arrivent-ils à être si persévérants et résilients face aux défis qu’ils croisent sur leurs routes, alors que bien souvent, j’échoue lamentablement à mener à bien mes projets, autant personnels que professionnels, parce que je m’écroule sous le poids du stress?

Comment ont-ils réussi à devenir de petits humains aussi lumineux et pleins de vie, alors que j’ai l’impression d’avoir constamment un petit nuage orageux qui a élu domicile au-dessus de ma tête?

Comment moi, un mouton, j’ai pu réussir à élever des lions?

Je ne sais pas, j’en suis la première surprise.

Parfois, je dois me pincer pour me convaincre que ces deux magnifiques, intelligents, curieux et attachants cocos sont les miens.

Tant que je leur fournirai un soutien indéfectible, du réconfort et une épaule sur laquelle pleurer.

Tant que je pourrai leur insuffler le goût de se dépasser et de repousser leurs limites.

Tant que je cultiverai leur confiance en eux et que je les encouragerai.

Tant que je les aimerai du plus profond de mon cœur pour qui ils sont vraiment.

Tant qu’ils seront mes Némésis, mes parfaits opposés…

Je saurai que je suis sur le bon chemin, qu’il y a de l’espoir, que je peux être fière d’au moins une chose dans ma vie. Mes enfants sont ma plus précieuse réussite et j’espère réussir à trouver la force de me montrer digne de cette deuxième chance, que la vie a mis sur ma route, de faire quelque chose de bien.

PARTAGER
Article précédentFacebook à double tranchant
Article suivantMe Joanie Lalonde-Piecharski, notaire engagée
Sandra Chartier est un diamant brut aux mille facettes. Femme Phénix, maman équilibriste et amoureuse caméléon, le diagnostic TSA de son fils aîné a changé son regard sur le monde et l'a amenée à parcourir les chemins les moins fréquentés. Déménagement à l’autre bout de la province, changement d’emploi et nouvelle dynamique familiale, aucun obstacle n'est insurmontable quand on aspire au bonheur. Par le biais de l’écriture, elle s’est donné comme mission cette année de rejoindre, de sensibiliser et d’informer un maximum de gens sur son quotidien haut en couleur. Après une fructueuse collaboration avec le défunt A&ME webzine, elle est prête à affronter de nouveau défis avec notre équipe!