Être amoureuse d’un papa différent

0
519

On vient au monde et en grandissant on trouve que ça avance vite.  On tombe amoureux et la vie file à cent mille à l’heure.  On devient un couple officiel, en aménageant ensemble, et tout d’un coup, il y a un, deux, trois et (quand on est fou!) quatre enfants qui se rajoutent au duo que l’on formait.  En un clignement des yeux, nos enfants deviennent ados et bientôt, ce sera à leur tour de parcourir le même chemin de vie que nous.  Mais avant d’être des parents, nous étions un couple et souvent, il en prend un coup, car il faut se le dire, nos enfants, même si on les aime à la folie, ces petites bêtes là, prennent de la place.

Mon mari est l’homme de ma vie, mais je vous avoue que ça n’a pas toujours été rose pour nous deux.  Il est le beau-père de mes grandes filles et déjà pour nous deux c’était un défi de taille car je suis mère poule avec mes bébés et lui, il fallait qu’il trouve sa place dans le petit trio très uni que nous formions.  Pas facile de prendre sa place quand il y a un enfant différent en plus.  Apprendre à jongler avec la différence d’un enfant que l’on connait à peine, c’est assez pour faire naître une calvitie au plus chevelu des hommes!  Mais nous avons toujours dialogué et un jour nous nous sommes mariés et nous avons ajouté deux autres amours à notre tribu avec des diagnostics eux aussi.  Avec le diagnostic TSA-TDA/H de mon fils, j’ai su, en discutant avec ses évaluatrices,  que le papa aussi était TSA-TDA et croyez-moi,  j’ai compris beaucoup de choses sur le pourquoi du comment des réactions de mon mari.  Avec ce constat non officiel sur l’état de mon tendre époux, nous avons fait des compromis pour ne pas se laisser envahir par les troubles de nos quatre amours, tous TDA, la dyslexie de l’un et le TSA de l’autre, les rencontres, les thérapies… vous connaissez la chanson. Il faut se retrouver dans le peu de temps que nous laisse le fameux 24 heures dans une journée, mais tout ça, en vivant avec sa différence à lui aussi.

Mon chum est très analytique.  Il évalue tout, même les plus petites réactions, ce qui fait en sorte qu’il peut passer pour être lent sur la détente à comprendre mes émotions.  J’avoue que je peux être intense parfois.  Mes réactions subtiles font qu’il ne sait pas toujours comment réagir car il se demande toujours : « Mais qu’est-ce qu’elle veut à la fin? ».  J’ai décidé de laisser faire la subtilité avec lui, si nous voulons avoir une vie de couple encore épanouie quand nous aurons 60 ans.  De toute manière, il faut se le dire mesdames, les hommes aiment que l’on aille droit au but.  Alors j’ai fait en sorte d’acheter du temps avec mon ti-méri!

Acheter est vraiment au sens propre car avec deux jeunes adultes, une pré-ado et un enfant, on fait souvent le taxi, l’arbitre, le conseiller et j’en passe!  Il faut alors que je sorte les sous de ma poche pour être capable de profiter de mon mari.  Je m’explique…

J’aime beaucoup aller marcher avec mon chum, alors j’ai la chance d’avoir des grandes qui peuvent garder pour un muffin et un chocolat chaud de chez Tim Horton quand nous revenons de notre promenade.  C’est peu payé, mais ça fait un bien fou.

Personne n’aime faire le ménage et mon homme encore moins.  Je nous ai fait un cadeau en achetant un aspirateur intelligent qui fait la job à notre place pendant que nous, on va se cacher dans notre chambre pendant la demi-heure que le robot fait sa job!  Je sais, celui-là vaut pas mal cher, mais c’est mon cadeau de Noël pour les 5 prochaines années.  Merveilleux n’est-ce pas?

Bien sûr, tous les petits moments sont bons pour pluguer les plus jeunes sur les ordis ou un film sur leur télé au sous-sol pendant que nous on se plugue  en cachette un petit moment d’intimité bien mérité.  C’est comme si on faisait l’école buissonnière et c’est très excitant!

J’ai appris à étudier mon amoureux avec sa différence pour faire en sorte que ce soit beaucoup plus facile avec les choses les plus simples.  À chaque jour, j’ai ma séance de « câlinothérapie » avec lui.  Juste des câlins pour se dire qu’on tient encore à l’autre malgré les années d’embuches et de hop and down. Et c’est GRATIS! J’ai appris à ne pas le juger ni le critiquer s’il ne faisait pas ça comme moi je veux.  J’ai appris à le laisser être et à l’aimer comme ça.   Le respect n’est pas à sens unique, alors je respecte son amour pour les jeux sur son téléphone ou sur son ordinateur, même si moi ça me pue au nez.  Il aime ça et moi je l’aime lui, alors on fait des compromis. De son côté, il n’oublie pas qu’il faut se responsabiliser et avoir des discussions sérieuses pour le bon fonctionnement de notre couple et de notre vie de famille.  C’est dur pour lui mais il le fait très bien. Je suis une gère-mène, alors il se laisse porter sur la vague de mon monologue et il dit oui madame quand ça fait son affaire!  Je sais l’écouter moi aussi quand même!

J’ai aussi appris le lâcher prise en ce qui à trait au ménage, aux dégâts et au bordel que ma sacrosainte progéniture peut faire.  Madame Blancheville a pris le bord et maintenant je consacre ce temps entre mes enfants et mon mari.

Comme je le disais plus haut, la vie passe vite.  En un claquement de doigt tout peut basculer, alors j’ai décidé que je voulais être heureuse avec ma tribu différente.  Je nous souhaite une vie pleine de santé et de joie avec de l’amour à profusion.

Je vous en souhaite tout autant dans vos vies!

PARTAGER
Article précédentQuand l’ignorance devient mépris
Article suivantLettre à mon fils en ce mois de l’autisme
Vicky Mc Carthy est une femme dans la quarantaine un peu cinglée. Mariée à un hypothétique TSA, elle est aussi maman de 4 amours, tous TDA/H avec de la dyslexie/dysorthographie pour la plus vieille et TSA pour le plus jeune. Elle essaie de voir le bon en chaque personne et d’avoir une opinion sur un peu tous les sujets. Sa préoccupation première est sa famille mais aussi d’avoir un bon gros morceau de chocolat pour les baisses de positivisme. Elle aime faire des « jokes » plates selon ses enfants mais à la longue, on finit par aimer son humour et son franc-parler. Travaillant dans le domaine de la santé, elle se donne corps et âme pour le bon développement de sa sacro-sainte progéniture dans leur diagnostic, dans leur développement scolaire et dans leur vie. Bienvenue dans ce tutti-fruitti