Ton entrée dans le monde des grands

0
262

Aujourd’hui, après ton départ pour la garderie, j’ai pleuré. En cachette dans mon oreiller, pendant que tes frères déjeunaient devant leurs bonhommes animés, j’ai laissé mes larmes couler. Parce qu’aujourd’hui, c’est ta dernière journée à la garderie. Dans quelques jours, tu feras ton entrée dans le monde des grands : tu commenceras la maternelle.

Ce matin, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer, parce que je songe à tout ce que tu as vécu à la garderie. Tous les bons moments, mais aussi les défis auxquels tu as fait face pour bien t’y intégrer. Tu as fait ton entrée là-bas, tu avais 3 ans et demi. Étant maman à la maison, je voulais attendre que tu manifestes toi-même l’envie d’y aller avant de t’y envoyer. C’est vers cet âge que tu m’as verbalement fait comprendre que tu voulais y aller, pour jouer avec les amis.

Je t’ai déniché la meilleure place au monde. Des éducatrices en or, dont une à qui je pense, avec laquelle tu as développé un beau lien de confiance et qui a su t’aider à déployer tes ailes. Un programme éducatif, des activités et des sorties amusantes qui te plairaient et aussi, une directrice compréhensive et attentionnée, à l’écoute de tes besoins mais aussi des miens! J’ai le souvenir gravé dans ma mémoire, du jour où papa et moi nous sommes allés te reconduire dans ton groupe. Je te vois, gêné mais tellement heureux! Tu t’es assis par terre sur tes genoux, en cercle avec tes nouveaux amis, tu as participé à l’activité de causerie en racontant plein de chose. Je te revois, tout excité, sautillant sur tes petits genoux, le sourire aux lèvres et les étoiles dans les yeux. C’est avec soulagement et bonheur que nous t’observions. Visiblement, tu te sentais bien et en confiance. Nous sommes donc partis et sommes revenus te chercher vers midi, en pensant qu’une demi-journée serait suffisante étant donné que c’était une première pour toi. Mais non, tu voulais manger et faire ton dodo avec tes amis. Tu nous as demandé de revenir te chercher plus tard. C’est là que j’ai compris que tout irait bien, que tu avais trouvé ta place et que tu t’y plaisais.

C’est vraiment là que l’aventure de la garderie a commencé. Toi qui es hypersensible, au niveau sensoriel mais aussi émotif, cette aventure allait te faire vivre plusieurs défis. C’est souvent une fois rendu à la maison, que tu manifestais ces difficultés auxquelles tu faisais face à la garderie. Je suis si fière que tu aies su les exprimer, à ta façon, pour ensuite y faire face. Toi qui au début étais ultra rigide et explosais au lieu de parler, tu exprimes maintenant de plus en plus tes frustrations et tes émotions avec des mots et tu acceptes mieux les changements ainsi que la nouveauté. Toi qui au début, ne mangeais et ne buvais rien du tout à la garderie, tu manges et bois maintenant ce qui t’est servi. Toi qui au début, jouais seul, acceptais mal les activités de groupe et qui ne laissais pas les amis entrer dans ta bulle, tu participes maintenant avec plaisir aux activités de groupe, tu as des amis que tu as hâte de retrouver chaque matin et qui viendront bientôt célébrer ton 5e anniversaire avec toi à la maison. Le fait de t’envoyer à la garderie au moment où tu te sentais prêt, a été vraiment bénéfique pour toi.

Là-bas, tu t’es épanoui, tu as pris confiance en toi, tu t’es amusé et as beaucoup appris, tu as développé des amitiés, tu t’es ouvert aux autres et à la nouveauté et tout ça à ton rythme à toi. Une belle aventure enrichissante pour toi et aussi pour moi. J’ai appris beaucoup à travers ton périple, qui prend fin aujourd’hui. Celui-ci se termine pour laisser place à un autre. Un nouveau voyage qui commence pour toi : l’école.

Je l’avoue, ce matin j’ai aussi pleuré parce que la fin de ton passage à la garderie signifie le début de quelque chose de nouveau, quelque chose d’inconnu. Cette nouvelle aventure sera, j’en suis certaine, positive et tellement enrichissante. Mais comme toi, la nouveauté me fait parfois peur à moi aussi. Tu n’arrêtes pas de me dire que tu ne veux pas y aller, que tu as peur et que ça te rend triste. Tu pleures en me disant que tu ne veux pas que je t’y laisse seul. Je te rassure et te prépare du mieux que je peux. Ton professeure est formidable et la direction de l’école est au courant de tes craintes et est prête à t’aider pour que tu t’y sentes bien.

Ce matin, j’ai aussi pleuré parce que j’ai réalisé combien tu vis beaucoup de choses intenses en ce moment. Plein de choses qui te rendent anxieux et craintif. Tu quittes la garderie, pour quelque chose de complètement nouveau. Ton petit frère qui est autiste, commence ses interventions intensives, ce qui fait que papa et maman sont beaucoup occupés avec lui, toujours soit entre deux rendez-vous ou deux interventions auprès de ton frère. Ou bien encore au téléphone ou à l’ordinateur pour planifier et coordonner le tout. En plus de tout ça, ton autre petit frère est dans son terrible two et est constamment dans ta bulle. Il n’est pas toujours facile et t’en fait parfois voir de toutes les couleurs! Pour couronner le tout, ton troisième petit frère arrivera d’une journée à l’autre. Tu n’as pas encore 5 ans et tu seras bientôt grand frère pour la troisième fois! Je sais que tu as hâte de le voir, de le prendre dans tes bras. Chaque jour, tu lui parles et tu lui donnes des bisous. Mais je sais aussi que son arrivée t’angoisse, car tu sais que maman devra aller à l’hôpital pour quelques jours. Au même moment où tu feras ton entrée à la maternelle, maman sera peut-être à l’hôpital avec bébé.

Tu vis beaucoup de choses en même temps pour un petit garçon de ton âge, alors je comprends ton angoisse et tes inquiétudes. Maman ressent tout ça aussi. Tu as le droit d’être irritable et de te sentir un peu dépassé. Nous comprenons et sommes là pour toi. Maman sait aussi de quoi tu es capable, tu es fort, courageux et persévérant. Tu es capable d’affronter tes peurs et de relever des défis. Quoi qu’il arrive, nous serons là pour toi et tout ira bien. Bien que la nouveauté fasse parfois peur, elle nous rend plus fort, plus ouvert et nous fait vivre de belles aventures.

Tu sais quoi mon grand? Le jour où papa et moi sommes allés te porter à la garderie pour la première fois, maman a pleuré avant de partir t’y reconduire. Parce que même si je te savais prêt, la nouveauté et l’inconnu me faisaient peur, m’angoissaient. Et pourtant, tout s’est bien passé. Tu as adoré la garderie et tu en es ressorti plus grand, plus épanoui, avec plein de beaux souvenirs dans le coeur et dans la tête. Ce sera la même chose pour l’école : tout ira bien. C’est une nouvelle aventure qui commence pour toi, pour nous. Un beau voyage qui t’apportera beaucoup et à travers lequel tu vivras plein de belles choses, des défis qui te rendront plus fort, mais aussi beaucoup de moments de plaisir et de bonheur. Tu es prêt mon grand, bonne rentrée!

Maman xx

PARTAGER
Article précédentLa Ronde : le plus grand parc d’attractions au Québec!
Article suivantUn nouveau départ
Mère de 4 enfants, Christine a toujours su qu’elle réaliserait un jour son plus grand rêve, celui de devenir maman. Ayant travaillé plusieurs années auprès d’enfants autistes, elle croyait bien maîtriser toute les facettes de la différence, mais lorsque son deuxième fils est né autiste, à sa grande surprise, elle réalisa qu’au fond, elle ne savait pas grand-chose sur le sujet! Son premier fils vit avec un trouble de l'information sensorielle ainsi qu'avec un trouble anxieux, son troisième fils, qu'à tant lui, vit avec une dyspraxie verbale. Le quotidien de cette famille différente est loin d'être ordinaire! Christine qui est maman à la maison est une amoureuse de la vie, de son mari et de ses enfants! Elle vous partagera ici, ses bons et moins bons moments, en espérant sensibiliser, informer et toucher les lecteurs, sur l'autisme et tout ce qui l'entoure.