En mode survie

0
80

Connaissez-vous le mode survie du parent d’enfants différents?? Il fait son apparition quand le parent vit une situation où il ne peut être disponible pour gérer les mille et une facéties des tempêtes pour cause de malaise, maladie ou manque de disponibilité dû à un événement hors du contrôle du dit parent.

Le parent tombe en mode survie quand soudain la toilette renvoie tout le contenu des derniers jours, solide et liquide, sur le plancher alors que deux tempêtes sur trois se tiennent le pelvis en signe d’urgence. Pas de panique… un plat de margarine pour chaque (à situation extrême, moyen extrême), une rigolade et même un petit cour d’histoire sur l’utilisation des pots de chambre… Le parent sait gérer l’anxiété de son petit et la sienne en même temps. On ramasse pendant que ça compare la couleur jaune-moins-jaune-plus-jaune-à-l’odeur-de-Cheerios et hop… on débloque le tout.

Il tombe en mode survie quand il a passé la nuit à se vomir la vie dans la poubelle en se déféquant le corps en même temps. Que malgré tout son corps en bateau qui tangue, il voit les trois paires d’yeux attendre le petit déjeuner ainsi que la narration du planning de la journée de vacances. Vive Cogéco sur demande, Super Écran, les Cheerios (ben quoi! ya des traces de noix, ce sont des protéines!) et les journées cinéma en pyjama. On sait aussi que même dans la maladie, les mains seront lavées, le bol de toilette désinfecté et la maman oubliera malgré tout de s’hydrater car dans sa lutte à la non-propagation du microbe, le parent en mode survie pense tout de même à sa progéniture avant son bien-être.

Le mode survie octroie également des super pouvoirs. Au parent incommodé par une migraine carabinée et qui réclame le silence (si vous avez des trucs autres que les bouchons, svp, je suis preneuse parce que le silence est une denrée rare avec Tsunami), il lui pousse des yeux lasers qui menacent tout enfant qui l’approche de le désintégrer sur-le-champ en tas de poussière par terre avant de passer la Shopvac et d’aller perdre le sac au fond d’un bois, badigeonné de beurre d’arachide, pour qu’un ours à l’haleine fétide le dévore. Horrible et long pour un seul regard, j’en conviens.

Bref, il n’y a pas de réel manuel de survie pour parents d’enfants différents ou neurotypiques, mais que d’ingéniosité nous habite tous pour gérer les petites et grandes fins du monde du quotidien.

Cette semaine, ouvrez vos yeux et complimentez à haute voix tous ces exploits parentaux autour de vous et vous verrez pleins de parents « survivors » très heureux.

En passant, tout le monde se porte bien… hihi… maintenant…

PARTAGER
Article précédentDouleur
Article suivantLa fin d’un chapitre
Maman TDAH de trois tempêtes; Tornade 10 ans (TDAH avec impulsivité et trouble anxieux), Ouragan 8 ans (TDAH) et Tsunami 5 ans (trop jeune pour un diagnostic), je suis la douce moitié de mon petit mari (TDAH). À cela s'ajoute une grande sœur au pays des nuages que nous appelons affectueusement Coccinelle. Éducatrice en pouponnière ainsi qu'anciennement auteure de livre jeunesse, je me considère comme une sage dans l'art de la patience infinie...