Des poils dans la maison

0
356

Depuis que je suis toute petite, je vis avec des animaux autour de moi.  Des animaux domestiques, de la ferme, nous on aimait ça dans ma famille.  Il y avait toujours un chien ou un chat qui rôdait autour, après qui nous courions pour soit l’habiller ou seulement l’aimer très fort en le serrant dans nos bras.  Souvent, ils vivaient dehors et ne venaient à la maison que pour manger et avoir des câlins.  Aujourd’hui, je suis une banlieusarde et mes animaux sont avec nous dans la maison et oui, ça fait du poil ces petites bébittes-là.

Bien avant d’avoir le diagnostic de TSA pour mon fils, j’ai décidé d’avoir un chien.  Je voulais un gros chien pantouflard qui ferait la carpette dans le salon et que les enfants pourraient se coucher dessus. Mission réussie, j’ai un gros bouvier bernois qui ne jure que par les câlins et les dodos à nos pieds.   J’ai aussi deux chats que j’ai sauvés de la rue.  Et un troisième s’est rajouté car la maman chat avait abandonné son bébé à 2 jours.  Nous sommes presqu’un refuge pour animaux, mais que la vie est belle avec mes bêtes dans la maison!

J’ai beau les aimer très fort, mais des animaux, ça perd des poils.  C’est normal et ça ne tue personne.  Ils font du bien à mes enfants, alors c’est quoi de ramasser des poils quand ça les apaisent d’avoir ces êtres qui ne jugent pas et qui les écoutent en les regardant avec adoration.

J’ai beau ramasser leurs poils à tous les jours, veux, veux pas, il va toujours y en avoir dans l’air pareil.  Je fais à manger et oui, je l’avoue, j’en retrouve des fois dans les assiettes.  C’est rare, mais ça arrive!  Tout le monde sait que j’ai des animaux et que ça aide mes enfants dans leur diagnostic.  La zoothérapie, vous connaissez?

Rare sont ceux qui n’aiment pas mes animaux.  Ils viennent à la maison, mais ne veulent pas avoir de ces fameux poils sur leurs vêtements.  À ceux-là, je dis que je suis désolée, mais je ne cacherai pas mes bêtes.  Ce sont des membres de ma famille et ils sont ici chez eux.   Je suis prête à bien accueillir tous ceux qui voudront venir chez moi, mais mes bêtes sont là pour rester.

Il n’y a rien de mieux que d’avoir un chat qui ronronne sur nous quand on a de la peine.  Ma fille de 10 ans, qui est TDA, fait souvent ses devoirs dans sa chambre, seule avec un de nos chats.  Elle est calme et étudie avec le chat couché à ses côtés.  Mon fils TSA-TDA/H, quand il est trop excité et qu’il est sur le point de péter les plombs, s’enferme dans sa chambre avec un des chats et il se calme tout seul.  Ou il se couche sur le chien et au son de la respiration du gros toutou, mon fils prend le même rythme et ça l’apaise.  Même pour moi, quand j’ai le cafard, je caresse mes animaux et je me sens plus zen après.  Voilà pourquoi mes animaux sont importants pour ma famille, malgré leurs poils partout.  Ils font souvent des bêtises, mais on les adore!

Alors n’en déplaise à ceux qui n’aiment pas les poils,  si vous voulez venir, il faudra vivre avec cet inconvénient. Mes animaux et moi, nous vous accueillerons avec plaisir et sans jugement!

PARTAGER
Article précédentVoir le monde à travers les yeux de mon fils
Article suivantSauterelles et Coccinelles
Vicky Mc Carthy est une femme dans la quarantaine un peu cinglée. Mariée à un hypothétique TSA, elle est aussi maman de 4 amours, tous TDA/H avec de la dyslexie/dysorthographie pour la plus vieille et TSA pour le plus jeune. Elle essaie de voir le bon en chaque personne et d’avoir une opinion sur un peu tous les sujets. Sa préoccupation première est sa famille mais aussi d’avoir un bon gros morceau de chocolat pour les baisses de positivisme. Elle aime faire des « jokes » plates selon ses enfants mais à la longue, on finit par aimer son humour et son franc-parler. Travaillant dans le domaine de la santé, elle se donne corps et âme pour le bon développement de sa sacro-sainte progéniture dans leur diagnostic, dans leur développement scolaire et dans leur vie. Bienvenue dans ce tutti-fruitti