Les chiens ne font pas des chats

0
159

Les chiens ne font pas des chats… Voilà une des expressions favorites de mon entourage et des pros sur mon fils, son papa et moi… Car chez nous, la différence et le sale caractère, c’est clairement un trait de famille… Maman tornade, Papa sauvage et Fiston ouragan et sauvageon font de notre famille un tourbillon d’émotions.

Mon fils est le parfait mélange de son père et moi et on aime se renvoyer ses traits comme appartenant à l’autre et non à soi. « Ah ben ça, c’est comme ton père. » « Pas du tout ma chérie, souviens-toi il y a deux jours quand… » Heureusement, Aspiboy a aussi ses qualités à lui : aussi extraverti que nous sommes introvertis, aussi souple que je suis raide, aussi voyageur que papa est casanier… Nous nous complétons à trois pour former un trio prêt à tout. Chacun dans Sa différence, ensemble dans Notre différence.

Je pense que c’est une chance pour nous, comme pour lui, que l’on comprenne ce qu’il vit et ce qu’il ressent et que sa différence ne nous choque pas au-delà de sa souffrance à lui ou de l’incompréhension des autres. Je sais que nous ne pouvons le changer, je sais qu’il ne s’agit pas de caprices et je sais qu’il fait de son mieux pour s’intégrer dans ce monde absurde et neurotypique.

Il a aussi la chance de voir notre différence et comment nous nous en sortons dans le monde des adultes. Nous ne sommes peut-être pas des exemples parfaits de réussite et de bonheur, mais nous avons trouvé notre place dans ce monde et il peut ainsi voir que le monde attend qu’il trouve la sienne.

Mais, c’est une arme à double tranchant, car aussi atypiques que nous sommes, nous ne pourrons jamais lui transmettre ce qu’est la normalité, ce que signifie toutes ces règles implicites des « autres » que nous ne comprenons pas et qui peuvent nous rejeter pour cela… Notre famille fonctionne autrement, pense autrement et vit autrement et il n y a pas toujours de lien possible avec le monde classique et typique des familles que nous rencontrons à l’école, au sport ou aux festivités. Les gens avec qui nous nouons des liens sont souvent aussi atypiques que nous.

Et mon fils commence à le comprendre du haut de ses 4 ans : « Les autres mamans ne sont pas comme toi. » Bien sûr, je lui dis que nous sommes tous différents et que cela fait notre richesse, mais il n’est pas naïf mon petit scientifique en culottes courtes : il y a des différences plus différentes que d’autres. Car au milieu des chiens, cela se voit, un chat qui n’aboie pas.

PARTAGER
Article précédentJ’ai si peur…
Article suivantSauve-qui-peut
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.