Heu… Sérieux??

0
229

Depuis quelques jours, je me retiens. Je mâche mes mots. Je ronge mon frein. D’abord, on nous annonce en grandes pompes que le Gouverne-et-ment va ouvrir ses coffres et donner une subvention de 5 millions de dollars par année (qu’il ne trouvait pas il y a peu pour investir en éducation…) à un groupe de trois personnes afin qu’ils ouvrent un bureau et parcourent le monde, pour aller voir ailleurs ce qui se fait en éducation et ne rapporter que le meilleur de ces voyages. Bon, au départ quand j’ai lu (ou entendu, je ne sais plus) la nouvelle, je me suis dit « Ah, c’est une bonne idée… » Mais en entendant le nom des trois messieurs, les bras m’ont tombé et j’ai dû ramasser ma mâchoire au plancher. Ricardo Larrivée. Pierre Lavoie. Pierre Thibault. À la limite, un architecte, je peux comprendre puisque l’aménagement des écoles, des classes,  fait partie des choses à évaluer. Mais un chef et un cycliste moralisateur?

#jerouletellementdesyeuxquejevoismoncerveau

Le fameux système de « cubes énergies » de M. Lavoie n’a fait qu’apporter une compétition de plus en classe, alors que les enfants comparaient leurs cubes, certains n’ayant visiblement pas besoin de dormir, vu le nombre de cubes accumulés… Et comme parents, comment ne pas se sentir mal quand le lundi matin, on envoie le carnet avec un maigre 45 cubes alors que l’ami lui en a 135! Pour ma part, bien contente que l’école n’ait pas poursuivi, car bien que je puisse comprendre l’idée géniale de vouloir inciter les enfants et leurs parents à bouger plus, les contraintes de la vie (tsé métro/boulot/dodo) font que d’aller faire 30 minutes de vélo ET jouer à un jeu de société en famille un autre 30 minutes, ce n’est pas toujours réalisable et ce sont les enfants qui paient en bout de ligne, car ils ont droit aux remarques des amis de la classe.

#cheznousonbougeautantquelavielepermettsé

Si au moins, on m’avait annoncé qu’on avait demandé à des parents, enseignant(e)s, psychoéducateur(trice)s, T.E.S., de faire partie de ce comité amené à voyager, la pilule aurait passé pas mal mieux…

#ouinbenyébeaumoncerveau

Et puis, après avoir retrouvé la fonction mandibulaire de ma mâchoire, voilà qu’on nous annonce que les hauts dirigeants de Bombardier, qui ont réclamé à grands cris l’aide gouverne-et-mentale pour sortir la compagnie d’un marasme financier, se votent des augmentations de salaire faramineuses! Et ce, sans avoir encore pu afficher de bénéfices aux livres de comptes et à même les deniers publics… Tsé, P-U-B-L-I-C-S, comme dans toutes ces taxes et ces impôts qu’on nous enlève chaque semaine sur nos relevés de paies en nous disant que ça servira au bon fonctionnement de l’État, avec un « é » majuscule… Et quand l’opposition propose une motion demandant au Gouverne-et-ment de Monsieur Couillons, (oups! lapsus), Couillard d’exiger de ces hauts dirigeants de renoncer à ces hausses de salaire, le parti au pouvoir, élu par le public (tsé comme les fonds-là), vote contre la dite motion, jugeant tout à fait raisonnable ce qui se passe au conseil d’administration de Bombardier, qui soit-dit-en-passant, fut fondé tout près de chez-nous… Joseph-Armand doit grafigner sa tombe par en-dedans…

#onnousprendpourdesvalisesçadlair

Mais, tsé, ce n’est pas grave. On offre des miettes à ce bon peuple après lui avoir parlé d’austérité et coupé l’herbe sous le pied et il applaudit! Quelques miettes pour la cause de l’autisme… une baisse d’impôts!! Wow, 0.55$ par semaine… iiiishe, on n’ira pas loin en vacances! Mais est-ce qu’on écoute vraiment les gens? Tsé, la populace? Le p’tit monde? Celui qui réclame des services dans les écoles (pas dans 10 ans, là, tu-suite…)…  Celui qui réclame qu’on coupe dans les gratte-papiers, les fonctionnaires qui se passent les formulaires sans savoir qui va les signer… Celui qui réclame d’avoir accès à des spécialistes plus facilement pour qu’on diagnostique plus tôt les troubles comme l’autisme, le Syndrome de Gilles de la Tourette, la dysphasie, la dyspraxie… afin de pouvoir intervenir tôt pour travailler avec ces enfants et mettre en place des stratégies pour les aider, eux et leurs familles… Ceux qui réclament que des formations plus poussées soient offertes dans les écoles concernant ces troubles, pour mieux équiper le personnel scolaire à faire face à la demande particulière de ces enfants… Est-ce qu’on met en place des services pour offrir du répit, du soutien aux parents épuisés? Pour offrir du temps au couple qui lutte pour sa survie dans cette tempête?

#jemanquedair

Et, comme si on avait besoin de plus pour alimenter le feu, voilà qu’on nous annonce qu’Hydro-Québec nous a four….. (respire… respire…) surchargé plus de 1 MILLIARD de dollars (#faitesmoileboucheabouche) qu’il n’aura pas à rembourser et pour lequel il semble que le Gouverne-et-ment ne le tiendra pas responsable… On nous gave de hausses en prétextant devoir le faire pour pouvoir offrir un meilleur service, mais dans le fond, on rit carrément de nous en pleine face là! Va-t-on rebaisser nos comptes, qui sont, en quelques sortes, une autre forme d’impôts que nous payons puisqu’Hydro-Québec est une société d’État? Ben non voyons!!! Faudrait pas rêver en couleur! C’est ceux d’en haut qui vont en bénéficier! Tsé, le 1% qui a de l’argent à ne plus savoir quoi faire avec… Ceux qui n’ont pas vraiment besoin de faire autre chose que jouer au golf, boire du bon vin ou du champagne… Qui ne se pointent au bureau que quelques fois par année pour apposer une signature au bas d’un document préparé par quelqu’un d’autre… Mais il ne faudrait surtout pas aider ceux qui sont dans le besoin… parce que tsé

#lepeuplepourraitsoudainavoirlénergiedeseleverdebout

PARTAGER
Article précédentEn ce mois de l’autisme
Article suivantDévoilement des gagnants – tirages Enfants différents besoins différents
Éducatrice à la petite enfance depuis une vingtaine d’année, adepte de l’entrainement en force pour ne pas perdre complètement la tête, Nancy Ringuet, très possiblement TDAH, est maman de deux garçons à diagnostics : un grand TDA sévère et un plus jeune SGT, TDAH impulsivité mixte et TOP. C’est un long combat qui aura mené aux diagnostics du plus jeune, et un long combat qui s’engage pour faire reconnaître ses besoins. Passionnée de recherches et assoiffée d’en apprendre plus, elle fouille le net sous toutes ses coutures. Elle partagera ici des textes et réflexions sur ce vécu différent de mère chef de famille, avec un conjoint dont le travail l’amène à être absent.