Les vacances commencent à peine…

119

Collaboratrice : Carolyne Côté Couture

Nous avons eu un dur mois, entre le décès soudain de grand-maman et l’achat de notre première roulotte, sans compter le méga dégât d’eau qui nous oblige à tout rénover. Une montagne russe d’émotions normale me direz-vous… des joies, des peines, des grandes grandes peines… Et dans tout cela, j’ai découvert en mes tempêtes une force et une résilience qui m’ont jeté par terre.

Que ce soit Tornade qui a offert que papa et maman dorment dans sa chambre le temps qu’ils retrouvent l’usage de leur chambre inondée ou Tsunami qui a su distribuer des câlins et parler de sa grand-maman qu’elle voit dans les papillons pendant le quatre heures où elle devait se tenir tranquille au salon funéraire… Je me suis rendue compte d’une chose toute simple : malgré les difficultés qu’ils ont chacun pour la réalisation des petites choses, j’ai su leur transmettre le bonheur de prendre soin des autres.

Voir Tornade aider la dame du camping, qui a mal à sa hanche, à laver son frigidaire, émonder le bas de ses arbres et tout cela avec le sourire. Voir mes tempêtes se coller sur leur grand-papa et sur leur papa pour les consoler et ce, sans que je les aie initié. Les voir prendre soin les uns des autres aussi dans ces moments durs. Je pense que je ne pouvais pas être plus fière.

Oui, je répète encore pour le bouchon sur le tube de dentifrice, mais quand j’ai vu Ouragan préparer les brosses à dent de toute la famille dans la roulotte, le bouchon, il a pris le bord. Dernièrement, j’ai pris conscience que j’avais réussi… oui, oui… j’ai réussi MOI à accepter que mes enfants fassent des erreurs, mais à les voir aussi quand ils sont « donc ben hot ». Je réussis à me laisser impressionner par eux. Je suis normale, je me fâche… mais je sais aussi que je souris, que je les félicite.

Il y a longtemps que j’avais ce sentiment immense de passer mes journées à jouer à la police, d’être toujours en mode consignes. Avec tous ces événements, j’ai dû m’arrêter et dans cette pause de vie à cent milles à l’heure, j’ai eu la chance de réaliser que je réussis quand même bien comme maman… Tope-là moi… Tope-là mes cocos… Bisous Grand-mère…

Carolyne Côté Couture

PARTAGER
Article précédentUne histoire de marde
Article suivantCache-cache
Vous êtes le parent d'un enfant différent? Vous travaillez auprès d'une clientèle à besoins particuliers? Vous aimez écrire et souhaiteriez partager votre expérience pour sensibiliser les gens à la différence? Faites partie de l'équipe des Collabos!