Cache-cache

44

Quand on joue à cache-cache, je vois tes pieds dépasser et je t’entends rigoler. Tu ne sais pas te cacher petit coquin.

J’aime jouer avec toi et t’entendre rire quand je cours derrière toi… « Wouhou… Je suis le grand méchant loup… »

Mais quand tu ressens ces émotions, quand les angoisses te submergent, quand tu ne comprends pas ce qui t’arrive, rien ne dépasse de ta couverture. Tu te caches si bien que personne ne voit rien. Le loup ne sortira pas cette fois!

Mais je ne te l’ai jamais dit : les mamans ont un super pouvoir… Des yeux lasers qui lisent dans ton cœur. Pas besoin de te cacher, je sais où te trouver. Je le vois ton chagrin. Je le vois quand tu n’en peux plus. Je le vois quand tu m’ignores, quand tu m’évites, que ton cœur déborde et que tu te retiens… Je te vois mon amour…

Moi aussi, je joue à ce jeu-là tu sais. Quand je pleure dans la douche, quand je souris aux autres, quand je te regarde et que je ne dis rien, alors que je voudrais te serrer si fort dans mes bras. Mais les mamans, ça ne se montre pas. Ça pense, ça réfléchit et ça protège.

Mais toi aussi, tu as un super pouvoir : tu sais me trouver derrière les larmes, me faire sourire quand je dépose les armes, pour se retrouver ensemble et s’apaiser…

Fini de jouer, fini de se cacher. Il faut que l’on se dise les choses. Il faut que l’on puisse se faire confiance et se voir tout entier… Même si c’est pour pleurer et crier.

Car sache-le mon petit coquin, je t’aime et je t’aimerai toujours, on ne peut pas cacher l’amour…

PARTAGER
Article précédentLes vacances commencent à peine…
Article suivantLes protéger à tout prix
Professeure dans une école au public difficile, Liza pensait avoir tout vu de la différence jusqu'à ce qu'elle devienne maman d'un petit garçon extraordinaire qui a chamboulé ses convictions autant que son cœur. Les premières années furent marquées par la culpabilisation médicale et les nuits sans sommeil à tenter de comprendre un bébé qui ne voulait pas en être un et ne suivait pas l'évolution classique d'un enfant : entre les crises de colère et d'angoisse , les dinosaures et l'espace, il y avait de quoi se sentir perdue. Il a fallu entamer la longue marche des diagnostics mais Aspiboy est un filou qui ne rentre dans aucune case. Même dans sa différence, il est différent. Il a toutefois séduit par son humour et sa vivacité de nombreux internautes qui suivaient Liza devenue Maman Aspie pour la sphère Facebook et qui gère aussi le groupe de soutien Croco Mum pour les mamans différentes car ensemble, on est plus fortes.